FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Michael Laudrup

Michael Laudrup.jpg

Michael Laudrup

Michael Laudrup

Né le 15 juin 1964 à Copenhague (DAN)

 https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png Danois, meneur de jeu, 1m83, numéro 10

Surnom: Miki, Kongen

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png 104 sélections, 37 buts

(Matchs amicaux: 43 sélections, 18 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 21 sélections, 6 buts)

(Coupe du Monde: 9 sélections, 2 buts)

(Qualif Euro: 19 sélections, 9 buts)

(Euro: 10 sélections, 1 but)

(Championnat Nordique: 2 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 15 juin 1982 contre la Norvège (1-2)

Dernière sélection : le 3 juillet 1998 contre le Brésil (2-3)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png espoirs: 2 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png U19: 19 sélections, 12 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4837437_201505201316163.png U17: 4 sélections, 2 buts

 

1981/82 FC Copenhague (DAN) 18 matchs, 3 buts

(Championnat du Danemark: 14 matchs, 3 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 4 matchs)

1982/83 Brondby IF (DAN) 38 matchs, 24 buts

1983/85 Lazio Rome (ITA) (Prêt) 70 matchs, 12 buts

(Championnat d'Italie: 60 matchs, 9 buts)

(Coupe d'Italie: 10 matchs, 3 buts)

1983/89 Juventus Turin (ITA) 150 matchs, 35 buts

(Championnat d'Italie: 102 matchs, 16 buts)

(Coupe d'Italie: 26 matchs, 7 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 9 matchs, 6 buts)

(Coupe de l'UEFA: 12 matchs, 5 buts)

(Coupe Intercontinentale: 1 match, 1 but)

1989/94 FC Barcelone (ESP) 212 matchs, 49 buts

(Championnat d'Espagne: 167 matchs, 40 buts)

(Coupe d'Espagne: 5 matchs, 4 buts)

(Supercoupe d'Espagne: 6 matchs)

(Ligue des Champions: 21 matchs, 4 buts)

(Coupe des Coupes: 10 matchs, 1 but)

(Supercoupe de l'UEFA: 2 matchs)

(Coupe Intercontinentale: 1 match)

1994/96 Real Madrid (ESP) 78 matchs, 15 buts

(Championnat d'Espagne: 62 matchs, 12 buts)

(Coupe d'Espagne: 3 matchs, 1 but)

(Supercoupe d'Espagne: 1 match)

(Ligue des Champions: 7 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 5 matchs, 2 buts)

1996/97 Vissel Kobe (JAP) 24 matchs; 9 buts

(Championnat du Japon: 15 matchs, 6 buts)

(Coupe du Japon: 3 matchs, 2 buts)

(Coupe de la ligue japonaise: 6 matchs, 1 but)

1997/98 Ajax Amsterdam (HOL) 30 matchs, 13 buts

(Championnat des Pays-Bas: 21 matchs, 11 buts)

(Coupe des Pays-Bas: 4 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 5 matchs, 2 buts)

 

"Dans les années 60, le meilleur était Pelé. Dans les années 70, c'était Cruyff. Dans les années 80, c'était Maradona. Et dans les années 90, c'est Laudrup." Cette phrase peut certes prêter à discussion, mais le fait que son auteur soit un certain Franz Beckenbauer lui donne plus de poids. Pourtant, Michael Laudrup n'a jamais bénéficié de la reconnaissance de ses aînés. Ce formidable accélérateur de jeu, talentueux attaquant, passeur brillant et buteur efficace, considéré comme l'un des plus doués de sa génération et comme le meilleur joueur de l'histoire du football danois, a marqué coéquipiers et entraîneurs dans les clubs où il est passé. Fils de Finn, ancien international, et neveu d’ Ebbe Skovdahl, entraîneur à succès, Michael Laudrup fait ses débuts avec le club danois du FC Copenhague lors de la saison 1980-81. Il inscrit 3 buts durant cette première saison chez les pros avant de prendre la direction de Brondby pour la saison 1982-83. Il contribue grandement à la montée du club parmi l’élite en inscrivant 15 buts. Durant cette saison exceptionnelle, il est élu meilleur joueur du royaume à 18 ans à peine. https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4415251_201412300041860.jpgLa Juventus saute sur l'occasion et engage le jeune prodige danois. Mais il fait les frais de sa jeunesse du faite de la concurrence de Michel Platini et Zbigniew Boniek dans un effectif alors limité à deux joueurs étrangers, le Danois est envoyé en prêt à la Lazio, promue en Série A, où il distille ses passes millimétrées et ses coups francs précis et inscrit sa dizaine de buts en deux saisons. L’heure de jouer dans la cour des grands sonne avec le départ du Polonais de la Juve. Laudrup le remplace aux côtés de Platini, remporte le championnat et la coupe Intercontinentale en 1986, mais commence à peindre les premiers traits du portrait qu’il laissera dans la galerie des légendes : un génie qui n’a jamais atteint ses limites. Très souvent blessé lors de la saison 1986/87, le départ à la retraite de Platini laisse la Juve orpheline. Laudrup doit assurer la succession. Mais son association avec Ian Rush patine. Ses stats aussi. Et le meneur de jeu français a une explication sur le sujet: il n'était pas assez individualiste. Après six ans en Italie, il file donc au Barça où il connaîtra l’apogée de sa carrière grâce à sa générosité pour nourrir un ogre du but, Hristo Stoichkov. Au Camp Nou, il brille de mille feux. Grâce à sa technique privilégiée, le football dans ses pieds semblait d'une facilité absolue. Avec le néerlandais Cruyff sur le banc, le Danois à la baguette et le Bulgare à la finition, le Barça passe du statut de grande équipe à celui de club de légende. L’aîné des frères Laudrup soulève 4 Ligas, une Coupe d’Espagne, la Ligue des champions en 1992 face à la Sampdoria et un surnom pour l’éternité : la Dream Team. Cependant, l’arrivée de Romário le pousse petit à petit vers la touche en raison de la limitation du nombre d’étrangers. Il vit depuis le banc la finale de la Ligue des champions 1994 face à l’AC Milan, remportée de manière aussi surprenante que magnifique par les Italiens (4 buts à 0). Lassé de ne pas jouer assez et pressentant une fin de cycle au Barça, il signe une saison chez l'ennemi le Real Madrid, où il gagne de nouveau le championnat, et réussit par l'occasion l'exploit inédit en Liga de remporter cinq titres consécutifs sous deux maillots différents. Après deux saisons dans la capitale espagnole, Michael Laudrup s’éclipse au Japon une saison avant de terminer sa carrière à 34 ans à l’Ajax d’Amsterdam avec un titre de champion des Pays-Bas. Auteur de 37 buts en 104 apparitions sous le maillot de la sélection danoise, le génial milieu offensif a pris part à trois éditions de l’Euro (1984, 1988 et 1996) et remporté la Coupe des Confédérations en 1995. Certes, il a fait partie des légendaires "Danish Dynamites" qui ont ébloui la planète football pour leur première participation à la Coupe du Monde en 1986 mais la carrière internationale de Laudrup reste toutefois marqué par sa non-participation à l’Euro 1992, remporté à la surprise générale par le Danemark, en raison d’un désaccord avec le coach Richard Møller Nielsen. Il fait machine arrière en 1993 sous la pression populaire et dispute la dernière de ses 104 sélections en quart de finale du Mondial 98 en France face au futur finaliste brésilien (2 à 3), à Nantes. Michael Laudrup était considéré comme un gentleman sur le terrain, il n’écopera ainsi jamais de carton rouge durant toute sa carrière. Son frère cadet Brian a également réussi une brillante carrière, notamment avec les Glasgow Rangers ainsi qu'à l'Ajax. Mais il n’aura jamais la même stature que son grand frère, et recevra le surnom peu flatteur de ‘Lillesøster’ (petite sœur) au Danemark.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe des Confédérations en 1995 (Danemark)

Vainqueur du Championnat Nordique en 1981-85 (Danemark)

Vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1992 (FC Barcelone)

Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1994 (non-joué) (FC Barcelone)

Vainqueur de la Coupe intercontinentale en 1985 (Juventus Turin)

Finaliste de la Coupe intercontinentale en 1992 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Supercoupe de l’UEFA en 1992 (FC Barcelone)

Finaliste de la Supercoupe de l’UEFA en 1989 (FC Barcelone)

Finaliste de la Coupe des Coupes en 1991 (FC Barcelone)

Champion d’Espagne en 1991, 1992, 1993, 1994 (FC Barcelone) et 1995 (Real Madrid)

Champion d’Italie en 1986 (Juventus Turin)

Vice-champion d’Italie en 1987 (Juventus Turin)

Champion des Pays-Bas en 1998 (Ajax Amsterdam)

Vainqueur de la Coupe d’Espagne en 1990 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Coupe des Pays-Bas en 1998 (Ajax Amsterdam)

Vainqueur de la Supercoupe d’Espagne en 1991 et 1992 (FC Barcelone)

Finaliste de la Supercoupe d’Espagne en 1990, 1993 (FC Barcelone) et 1995 (Real Madrid)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur joueur danois de l’année en 1982 et 1985

Élu meilleur joueur étranger d’Espagne en 1992

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 1998

Nommé dans l'équipe type de l'année par l'association ESM en 1995

Nommé au FIFA 100

Élu "joueur en or" des 50 dernières années du Danemark par l'UEFA en 2003

Élu meilleur joueur danois du siècle en 2006 devant Allan Simonsen, Peter Schmeichel et Preben Elkjaer Larsen

Élu meilleur joueur scandinave de l’histoire en 2015

Élu meilleur joueur étranger du Championnat d'Espagne des 25 dernières années (1974-1999)

Chevalier de l'Ordre de Dannebrog en 2000

Intronisé au Hall of Fame du football danois en 2008

Intronisé au Hall of Fame du sport au Danemark en 2007

 

DIVERS


- Michael aurait pu affronter son frère Brian Laudrup en finale de la Ligue des champions en 1994. Mais tous deux ont été victimes de la limite de trois étrangers par équipe : Savicevic, Boban, Desailly à Milan, Stoichkov, Koeman, Romario au Barça.

- Le but magnifique inscrit contre l'Uruguay lors du Mondial au Mexique en 1986, après avoir dribblé plusieurs défenseurs, a inspiré "la chanson de Laudrup", un air d’opéra qu'a interprété le soliste de l'opéra Royal de Copenhague, Guido Paevatalu.

 

VIDÉO




29/12/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 995 autres membres