FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Zico

Zico--2-.jpg

Zico

 

Artur Antunes Coimbra

Né le 3 mars 1953 à Rio de Janiero (BRE)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Brésilien, meneur de jeu, numéro 10

Surnom: Le Pelé blanc

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png 71 sélections, 48 buts

(Matchs amicaux: 36 sélections, 25 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 11 sélections, 11 buts)

(Coupe du Monde: 14 sélections, 5 buts)

(Copa America: 3 sélections, 2 buts)

(Autres tournois: 7 sélections, 5 buts)

 

1ère sélection : 25 février 1976 contre l'Uruguay (2-1)

Dernière sélection : 21 juin 1986 contre la France (1-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Olympique 5 sélections, 1 but

 

1971/83 Flamengo (BRE) 506 matchs, 378 buts

(Championnat du Brésil 212 matchs, 123 buts)

(Championnat de Rio/Coupe Guanabara: 273 matchs, 239 buts)

(Copa Libertadores/Supercopa Sudamericana: 20 matchs, 16 buts)

(Coupe Intercontinentale: 1 match)

1983/85 Udinese (ITA) 53 matchs, 30 buts

(Championnat d'Italie: 39 matchs, 22 buts)

(Coupe d'Italie: 14 matchs, 8 buts)

1985/89 Flamengo (BRE) 74 matchs, 23 buts

(Championnat du Brésil: 37 matchs, 12 buts)

(Championnat de Rio/Coupe Guanabara: 29 matchs, 8 buts)

(Coupe du Brésil 7 matchs, 3 buts)

(Supercopa Sudamericana: 1 match)

1991/94 Kashima Antlers (JAP) 45 matchs, 35 buts

(Championnat du Japon: 45 matchs, 35 buts)

(Coupe du Japon/Coupe de la ligue japonaise: 19 matchs, 10 buts)

 

Non-officiels:

 

Flamengo (BRE) (équipe de jeunes): 63 matchs, 37 buts

équipe vétéran du Brésil: 18 matchs, 10 buts

Sélection de Rio: 1 match, 1 but

Matchs amicaux: 51 matchs, 69 buts

 

Pour beaucoup, il est le meilleur joueur brésilien de tous les temps avec Pelé, Garrincha, Rivellino, Romário et Ronaldo. À un moment de sa carrière on l’a d’ailleurs appelé le "Pelé blanc". Malheureusement pour lui, c’est avec Michel Platini l’un des meilleurs footballeurs à n'avoir jamais gagné la Coupe du monde de football (le Brésil a été éliminé au 2ème tour en 1978 et 1982, et par l’équipe de France en quarts de finale en 1986). Zico aura été le maître à jouer des Auriverde durant les années "noires" du Brésil. Né le 3 mars 1953, Zico vient d'un milieu modeste, il a passé sa jeunesse dans un quartier de Quintino à Rio de Janeiro. Il fait partie d’une famille de footballeurs, son père était gardien de but, trois de ses frères ont fait aussi une carrière professionnelle, son frère Edu a même participé à une Coupe du monde en 1974. Zico sait tout faire (dribbler, passer, tirer les coups-francs) et offre à ses partenaires des occasions à la pelle lorsqu’il ne conclut pas lui-même les actions. https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4397017_201412221511945.jpgZico a joué principalement pour le club de Flamengo, mais il a effectué aussi un court passage dans le championnat italien de série A à Udinese. Zico a permis au club de Flamengo d’atteindre les sommets au Brésil et en Amérique du Sud. Grâce à ses coups francs d’école, son sens de la finition, sa vitesse d’exécution, sa technique et sa vision de jeu, Flamengo conquiert six championnats d’État, trois championnats du Brésil, la Copa Libertadores et la Coupe Intercontinentale en 1981 puis une Copa União en 1987. Zico a même battu des records après avoir marqué 56 buts incroyables les uns que les autres en 1956 pour Flamengo en première division brésilienne. Peu à peu, le joueur se construit un palmarès digne des plus grands, sauf pendant ses deux saisons à l’Udinese, en 1984 et 1985, où il contribue tout de même à transformer un club modeste en grande puissance du Calcio. Lors de sa première année en Italie, le Brésilien permet à son équipe de se battre pour le titre et pour les places européennes. En fin de carrière, il retrouve Flamengo, avant de s’exiler au Japon pour participer activement à la professionnalisation du championnat. Il y évolue de 1991 à 1994 et devient un exemple pour tous les Nippons. C’est lui qui contribue à la mise en place de la structure administrative qui a permis de faire de Kashima Antlers une référence nationale. Avec l’équipe du Brésil, Zico dispute trois Coupes du Monde (1978 en Argentine, 1982 en Espagne et 1986 au Mexique) et obtient son meilleur résultat, une troisième place, lors de sa première participation. En 1986, Zico va vivre un autre coup dur avec la Seleção, en chutant en quart de finale contre la France de Michel Hidalgo dans un match d'anthologie. Alors qu'il y avait égalité au score (1-1), Zico a manqué le penalty qui aurait permis la qualification du Brésil en demi-finale (le score étant de parité en fin de match, les équipes ont été départagées par une séance de tirs au buts, Zico a tiré de nouveau et a marqué, contrairement à un autre illustre joueur Brésilien, Sócrates qui a échoué et a ainsi contribué à l’échec du Brésil contre la France). Il est considéré aujourd'hui encore par beaucoup comme le plus grand tireur de coup-franc de tous les temps. Zico a également été un grand pionnier sociale en dehors du terrain aussi, et a été impliqué dans de nombreux projets sociaux pour les pauvres au Brésil. C'est là que Zico y consacré la majorité du temps de ces journées. Il ouvre une école pour les enfants pauvres dans les bidonvilles de Rio de Quninhio pour leur donner une chance d'avoir une éducation et un avenir. Sa carrière de coach n’aura été en revanche pas à la hauteur de celle du joueur. Entre des passages ratés en Europe (CSKA Moscou...) et des choix "exotiques" (sélectionneur du Japon...), il n’aura pas connu la même gloire que sur la pelouse.

 

PALMARÈS


3ème de la Coupe du Monde en 1978 (Brésil)

3ème de la Copa America en 1979 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Roca en 1976 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Oswaldo Cruz en 1976 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Rio Branco en 1976 (Brésil)

Vainqueur de la Coupe de l’Atlantique en 1976 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Libertadores en 1981 (Flamengo)

Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1981 (Flamengo)

Champion du Brésil en 1980, 1982, 1983 et 1987 (Flamengo)

Vice-champion du Japon en 1993 (Kashima Antlers)

Vainqueur du Championnat de Rio en 1972, 1974, 1978, 1979, 1981 et 1986 (Flamengo)

Vainqueur de la Coupe de Rio en 1978, 1985 et 1986 (Flamengo)

Vainqueur de la Coupe Guanabara en 1972, 1973, 1978, 1979, 1980, 1981, 1982, 1988 et 1989 (Flamengo)

Vainqueur de la Coupe Kirin en 1988 (Flamengo)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


 

Bola de Ouro en 1974 et 1982

Bola de Prata en 1974, 1975, 1977, 1982 et 1987

Élu meilleur joueur sud-américain de l’année en 1977, 1981 et 1982

Élu meilleur joueur du championnat du Brésil en 1980, 1982, 1983

Élu révélation du championnat du Brésil en 1974

Élu meilleur joueur de la Coupe intercontinentale en 1981

3ème meilleur buteur de la Coupe du Monde en 1982 (4 buts)

Meilleur buteur du championnat du Brésil en 1980 (21 buts) et 1982 (21 buts)

Meilleur buteur du Championnat de Rio en 1975 (30 buts), 1977 (27 buts), 1978 (19 buts), 1979 (34 buts) et 1982 (21 buts)

Meilleur buteur de la Copa Libertadores en 1981 (11 buts)

Meilleur buteur du championnat du Japon en 1992 (21 buts)

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 1982

Nommé au FIFA 100

Ordre du mérite de la FIFA en 1996

Élu parmi les "légendes" du foot par Golden Foot en 2006

Intronisé au Hall of Fame du football brésilien

 

DIVERS


- Il crée son propre club au Brésil: le Clube De Futebol Zico (Zico Football Club).

- Il a était deux fois Champion du Monde de Beach Soccer en 1995 et 1996 avec l'équipe nationale du Brésil, il sera même meilleur buteur (12 buts) et meilleur joueur de l'édition 95.

- Diplômé de gestion à Rio de Janeiro, Zico étudiait l'éducation physique avant de partir pour l'Italie en 1983. Il était intéressé par les secrets de l'athlétisme.

 

VIDÉO




22/12/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 974 autres membres