FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

France


André Strappe

Andre Strappe.jpg
André Strappe

 

André Strappe

Né le 23 février 1928 à Bully-les-Mines (FRA)

Décédé le 10 février 2006 à Le Havre (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Inter/Attaquant, 1m72

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 23 sélections, 4 buts

(Matchs amicaux: 19 sélections, 4 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 2 sélections)

(Coupe du Monde: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 30 octobre 1949 contre la Yougoslavie (1-1)

Dernière sélection : le 19 juin 1954 contre le Mexique (3-2)

 

1945/48 ES Bully-les-Mines (FRA)
1948/58 Lille OSC (FRA) 366 matchs, 133 buts
(Championnat de France: 275 matchs, 98 buts)
(Barrages: 8 matchs)
(Championnat de France de D2: 36 matchs, 10 buts)
(Coupe de France: 37 matchs, 21 buts)
(Coupe Charles Drago: 10 matchs, 4 buts)
1958/61 Le Havre AC (FRA) 112 matchs, 32 buts
(Championnat de France: 66 matchs, 13 buts)
(Championnat de France de D2: 27 matchs, 13 buts)
(Coupe de France: 16 matchs, 5 buts)
(Coupe Charles Drago: 2 matchs)
(Challenge des champions: 1 match, 1 but)
1961/63 FC Nantes (FRA) 53 matchs, 7 buts
(Championnat de France: 49 matchs, 7 buts)
(Coupe de France: 3 matchs)
(Coupe Charles Drago: 1 match)
1963/66 SC Bastia (FRA)
1966/70 US Tavaux-Damparis (FRA)
1970/71 Châteauroux (FRA) 11 matchs, 2 buts
 
André Strappe a été le capitaine de l'âge d'or du football lillois. Coéquipier puis successeur de Jean Baratte, il a fait perdurer les triomphes des Dogues jusqu'au milieu des années 50. Nordiste de naissance, il est arrivé tout d'abord sur la pointe des pieds au sein de l'équipe. André Cheuva, entraîneur du LOSC en 1949, le lance pour "dynamiser, dit-il, les défenses, mais aussi manquer de respect aux cadres de l'équipe en place ". Une bonne manière de rentrer directement dans le haut niveau. Grand espoir du foot français, André va connaître une trajectoire à l’image de ses frappes : franche et rectiligne. Durant onze saisons à Lille dont une en Division 2, André Strappe traverse la décennie qui a marqué l'histoire du LOSC (champion en 1954, deux Coupes de France 1953 et 1955). Petit gabarit costaud (1m72 pour 75 kg), il a donné le tournis à nombre de défenses en inscrivant 133 buts toutes compétitions confondues pour le club nordiste, dont un incroyable quintuplé en championnat le 20 février 1949, sur la pelouse de Cannes. Pendant ses années lilloises, il est également sélectionné 23 fois sous le maillot des Bleus où il s'est montré toutefois moins prolifique que d'habitude avec seulement 4 pions inscrits. Parmi ses capes, l'enfant de Bully-Les-Mines a participé notamment à deux matchs de la Coupe du Monde 1954 en Suisse. Il rejoint ensuite à la surprise générale le club doyen français alors en D2, Le Havre AC. Star de l’équipe, il va réaliser une magnifique saison avec les normands. Les havrais dominent largement le championnat de D2 et réussissent l’exploit d'arracher la Coupe de France après trois confrontations intensives au détriment du FC Sochaux. Homme de cœur et de challenge, il quitte la Normandie pour rejoindre le FC Nantes en 1961. L'expérimenté attaquant devient l'homme providentiel et réussit à faire remonter les Canaris en 1963 pour sa dernière saison. Il tente ensuite une reconversion en tant qu'entraîneur, à Bastia tout d'abord puis Tavaux-Demparis et Châteauroux pour finir rechaussant les crampons de temps à autre pour dépanner. Après avoir quitté définitivement le monde du football, il s'établit finalement près du Havre et ouvre un magasin de sport à son nom. Mais c'est bien dans la mémoire collective lilloise que André Strappe restera à jamais un vrai symbole. Sa disparition en février 2006 a été d'ailleurs saluée par tout un club, nostalgique de ses années d'or.
 
PALMARÈS
Finaliste de la Coupe Latine en 1951 (Lille OSC)
Champion de France en 1954 (Lille OSC)
Vice-champion de France en 1949, 1950 et 1951 (Lille OSC)
Vainqueur de la Coupe de France en 1953, 1955 (Lille OSC) et 1959 (Le Havre AC)
Finaliste de la Coupe de France en 1949 (Lille OSC)
Finaliste de la Coupe Charles Drago en 1954 et 1956 (Lille OSC)
Vainqueur du Challenge des champions en 1959 (Le Havre AC)
Champion de France de D2 en 1959 (Le Havre AC)
Vice-champion de France de D2 en 1963 (FC Nantes)
 
SOURCES/RESSOURCES
- Eurosport/Afterfoot

28/05/2020
0 Poster un commentaire

Manuel Amoros

Manuel Amoros.jpg
Manuel Amoros

 

Manuel Amoros

Né le 1er février 1962 à Nîmes (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, défenseur droit, 1m72

Surnom: Manu

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 82 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 37 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 14 sélections)

(Coupe du Monde: 12 sélections, 1 but)

(Qualif Euro: 14 sélections)

(Euro: 15 sélections)

 

1ère sélection : le 23 février 1982 contre l'Italie (2-0)

Dernière sélection : le 17 juin 1992 contre le Danemark (1-2)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png espoirs: 4 sélections

 

1980/89 AS Monaco (FRA) 348 matchs, 42 buts

(Championnat de France: 287 matchs, 36 buts)

(Coupe de France: 47 matchs, 6 buts)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 8 matchs)

(Coupe des Coupes: 2 matchs)

(Coupe de l'UEFA: 4 matchs)

1989/93 Olympique de Marseille (FRA) 147 matchs, 2 buts

(Championnat de France: 108 matchs, 2 buts)

(Coupe de France: 17 matchs)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 22 matchs)

1993/95 Olympique Lyonnais (FRA) 70 matchs, 4 buts

(Championnat de France: 66 matchs, 3 buts)

(Coupe de France: 3 matchs, 1 but)

(Coupe de la ligue: 1 match)

1995/96 Olympique de Marseille (FRA) 24 matchs

(Championnat de France de D2: 16 matchs)

(Coupe de France: 5 matchs)

(Coupe de la ligue: 3 matchs)

 

 D’origine espagnole, Manuel Amoros est considéré par beaucoup de supporters tricolore comme le meilleur latéral français de l’histoire. Solide derrière, explosif devant, habile des deux pieds, doué techniquement, il est l’un des premiers latéraux modernes. Originaire de Nîmes, il est déniché par les recruteurs de l’AS Monaco du côté de Lunel en 1977. Pur produit du centre de formation de La Turbie, il évolue douze saisons au club dont neuf chez les pros à partir de 1980. Rapidement, il explose tout sur son passage. Dès sa deuxième saison en pro il devient un titulaire indiscutable, avec 37 matchs toutes compétitions confondues. Il va aussi en profiter pour inscrire ses 2 premiers buts en pro. Manuel Amoros.jpgC'est alors que le jeune prodige est appelé chez les Bleus pour disputer la Coupe du Monde en Espagne en 1982, à tout juste 20 ans, apportant toute sa fraîcheur et sa spontanéité au sein de la défense tricolore. Sobre, efficace et doté d’une grosse frappe de balle (on se souvient de son énorme tir sur la transversale lors de la maudite demi-finale face à la RFA), il est élu meilleur espoir de la compétition. Il participe également aux succès des Bleus de 1984 (champion d’Europe malgré son coup de tête face au Danemark lors du match d'ouverture qui lui fera louper pratiquement toute la compétition) et 1986 (3ème du Mondial mexicain), tout en remportant au passage deux titre de champion (1982 et 1988) ainsi qu’une Coupe de France (1985) avec son club formateur. 42 buts sous le maillot de Monaco en 348 matchs, Manuel Amoros explose littéralement aux yeux de tous et reçoit le titre de meilleur joueur français de l’année en 1986. Transféré à Marseille en 1989, il s’y impose comme l’un des tauliers de l’arrière-garde phocéenne et participe à l'hégémonie marseillaise sur le plan national. En Europe, en revanche, c'est une autre histoire. Auteur du seul tir au but manqué en finale de Coupe d'Europe des clubs champions face à l'Étoile rouge de Belgrade en 1991 et réserviste lors de la victoire face au Milan AC deux ans plus tard, l'international français quitte le club marseillais après ce succès en C1, barré par la concurrence de Jocelyn Angloma. Après deux ans d'exil à l'Olympique Lyonnais, Amoros s'offre une dernière pige d'un an à Marseille en 1995 et aide ainsi le club à retrouver la D1. Malheureusement une vilaine blessure l'empêche de continuer sa carrière, alors qu'il avait des opportunités au Mexique. Le Nîmois attaque alors une carrière d’entraîneur à l’étranger. Tunisie, Koweït sont ses premières aventures hors- frontières. Puis on fait appel à lui pour devenir sélectionneur des Comores et quelques temps plus tard du Bénin. Pur camarguais, Manu est depuis revenu vers chez lui et se consacre désormais aux courses hippiques. Ce talentueux défenseur aura été pendant plusieurs mois recordman de sélections en équipe de France de 1992 à 1999 avec 82 capes. Énergique et adroit sur le terrain, Amoros était le prototype même de l’arrière latéral moderne: bon centreur, offensif et technique. Et tout ça bien avant Dani Alves et Philipp Lahm. Il a laissé une trace indélébile dans les tablettes du football Français. Manuel Amoros, un nom à ne pas oublier…

 

PALMARÈS


Vainqueur de l'Euro 1984 (France)

3ème de la Coupe du Monde en 1986 (France)

4ème de la Coupe du Monde en 1982 (France)

Vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1993 (finale non-jouée) (Olympique de Marseille)

Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1991 (Olympique de Marseille)

Champion de France en 1982, 1988 (AS Monaco), 1990, 1991 et 1992 (Olympique de Marseille)

Vice-champion de France en 1984 (AS Monaco) et 1995 (Olympique Lyonnais)

Vainqueur de la Coupe de France en 1985 (AS Monaco)

Finaliste de la Coupe de France en 1984, 1989 (AS Monaco) et 1991 (Olympique de Marseille)

Vice-champion de France de D2 en 1996 (Olympique de Marseille)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Onze d’argent en 1986

Élu joueur français de l’année en 1986

Élu meilleur jeune joueur de la Coupe du Monde en 1982

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde en 1986

 

SOURCES/RESSOURCES


- 1ère photo: ©Peter Robinson/EMPICS

- 2ème photo: ©LaProvence


13/05/2020
0 Poster un commentaire

Bruno Cheyrou

Bruno Cheyrou.jpg
Bruno Cheyrou

 

Bruno Olivier Cheyrou

Né le 10 mai 1978 à Suresnes (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Milieu central, 1m85

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 3 sélections

(Matchs amicaux: 2 sélections)

(Qualif Euro: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 21 août 2002 contre la Tunisie (1-1)

Dernière sélection : le 31 mars 2004 contre les Pays-Bas (0-0)

 

1997/99 Lille OSC B (FRA) 43 matchs, 6 buts
1998/2002 Lille OSC (FRA) 61 matchs, 15 buts
(Championnat de France: 41 matchs, 11 buts)
(Coupe de France: 7 matchs)
(Coupe de la ligue: 2 matchs)
(Ligue des Champions: 7 matchs, 3 buts)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs, 1 but)
2002/06 Liverpool (ANG) 38 matchs, 4 buts
(Championnat d'Angleterre: 21 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Angleterre: 6 matchs, 2 buts)
(Coupe de la ligue: 2 matchs)
(Community Shield: 1 match)
(Ligue des Champions: 4 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs)
2004/05 Olympique de Marseille (FRA) (Prêt) 20 matchs, 1 but
(Championnat de France: 19 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 1 match)
2005/06 Bordeaux (FRA) (Prêt) 30 matchs, 1 but
(Championnat de France: 26 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 1 match)
(Coupe de la ligue: 3 matchs)
2006/09 Stade Rennais (FRA) 113 matchs, 9 buts
(Championnat de France: 93 matchs, 7 buts)
(Coupe de France: 6 matchs)
(Coupe de la ligue: 6 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 8 matchs, 2 buts)
2010 Anorthosis Famagouste (CHY) 12 matchs, 2 buts
2010/12 FC Nantes (FRA) 47 matchs, 1 but
(Championnat de France de D2: 41 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 4 matchs)
(Coupe de la ligue: 2 matchs)

 

Sélectionné à trois reprises en équipe de France entre 2002 et 2004, Bruno Cheyrou a marqué la Ligue 1 au début des années 2000 malgré des soucis à s'exporter hors de nos frontières. Originaire de Suresnes, Bruno rejoint le nord de la France, en 1994 et le centre de formation du RC Lens, mais c’est bien avec le LOSC qu’il termine sa formation et fait ses débuts professionnels, en 1998. Après quatre saisons chez les Dogues et des prestations remarquées dans le championnat de France et en Ligue des Champions, les dirigeants de Liverpool misent sur le tout jeune français pour renforcer l’entrejeu des Reds. Milieu de terrain moderne et buteur, Cheyrou a tout pour se faire une place aux côtés des Gerrard, Hamann, Smicer et autres Berger. Cela étant, malgré quelques bonnes performances, la marche semble trop haute pour l’ancien lillois et ses prestations ne sont pas en adéquations avec le club du nord de l’Angleterre. Il est finalement prêté deux saisons consécutives, en France, à Marseille puis à Bordeaux. De retour dans l'hexagone, le milieu de terrain retrouve un très bon niveau. Bordeaux ne lève pas l’option d’achat et c’est finalement le Stade Rennais qui recrute Cheyrou. Avec le club breton, il s’imposera comme un titulaire indiscutable et un joueur important. Il prend sa retraite, en 2012 après un passage à l'Anorthosis Famagouste en Chypre et au FC Nantes. Son frère cadet Benoît était également footballeur.

 

PALMARÈS


Vice-champion de France en 2006 (Bordeaux)

Championnat de France de D2 en 2000 (Lille OSC)

Finaliste de la Coupe de France en 2009 (Stade Rennais)

Vainqueur de la Coupe de la Ligue Anglaise en 2003 (finale non-jouée) (Liverpool)

Finaliste de la Community Shield en 2002 (Liverpool)


09/05/2020
0 Poster un commentaire

Jean-François Domergue

Jean-François Domergue.jpg
Jean-François Domergue

 

Jean-François Domergue

Né le 23 juin 1957 à Bordeaux (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, défenseur, 1m77

Surnom: Jeff

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 9 sélections, 2 buts

(Matchs amicaux: 2 sélections)

(Qualif Euro: 2 sélections)

(Euro: 5 sélections, 2 buts)

 

1ère sélection : le 18 avril 1984 contre la RFA (1-0)

Dernière sélection : le 16 juin 1987 contre la Norvège (0-2)

 

1975/80 Girondins de Bordeaux (FRA) 117 matchs, 11 buts

(Championnat de France: 107 matchs, 10 buts)

(Coupe de France: 10 matchs, 1 but)

1980/82 Lille OSC (FRA) 82 matchs, 8 buts

(Championnat de France: 74 matchs, 8 buts)

(Coupe de France: 8 matchs)

1982/83 Olympique Lyonnais (FRA) 42 matchs, 9 buts

(Championnat de France: 38 matchs, 8 buts)

(Coupe de France: 4 matchs, 1 but)

1983/86 Toulouse (FRA) 125 matchs, 20 buts

(Championnat de France: 112 matchs, 17 buts)

(Coupe de France: 13 matchs, 3 buts)

1986/88 Marseille (FRA) 89 matchs, 6 buts

(Championnat de France: 73 matchs, 6 buts)

(Coupe de France: 9 matchs)

(Coupe des Coupes: 7 matchs)

1988/90 Caen (FRA) 46 matchs, 7 buts

(Championnat de France: 41 matchs, 6 buts)

(Coupe de France: 5 matchs, 1 but)

 

Jean-François Domergue reste dans les mémoires françaises comme le héros de la demi-finale de l’Euro 84, à Marseille, avec son doublé contre les portugais. Passé par Bordeaux, Lille, Lyon, Toulouse, Marseille et Caen, il a sillonné la France de long en large. Tout commence à Bordeaux pour Jean-François Domergue, à la toute fin des années 60. Pur produit du centre de formation girondin, il fait ses toutes ses classes avec les marine et blanc. Défenseur polyvalent, capable de jouer dans l’axe comme sur les côtés, comme beaucoup de défenseurs à l’époque, il va gravir les échelons un à un jusqu’à l’équipe première vers la fin des années 70. À l’époque, Bordeaux est tout sauf un grand club et connaît des résultats qui oscillent entre le moyen et le médiocre, luttant le plus souvent pour ne pas descendre. https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_6700929_201612204335840.jpgAprès 2 saisons d’apprentissage où il fait quelques apparitions, il va s’imposer définitivement dans l’équipe en 1977. Arrière gauche assez élégant, il se fait remarquer pour ses montées, même si la défense de Bordeaux est assez loin d’être infranchissable. Après une première saison comme titulaire délicate, l’équipe se renforce petit à petit les saisons suivantes et progresse au classement, grâce à des joueurs reconnus comme Bernard Lacombe, Omar Sahnoun et Albert Gemmrich. Claude Bez, qui a investi des millions dans l’équipe souhaite plus et Jean-François, honnête latéral gauche ne cadre pas forcément avec ses ambitions. Avec l’arrivée de Marius TrésorGernot Rohr glisse à gauche et pousse Domergue vers la sortie. Il va alors rebondir au LOSC et s'affirme comme un excellent latéral durant deux saisons. En 1982, il s’engage avec l’Olympique Lyonnais et ne reste qu’une saison chez les rhodaniens, où il se mue en buteur providentiel avec 8 buts inscrits. Conscient de brûler ses meilleures années, il retrouve enfin de l’ambition en rejoignant Toulouse en 1983. Il réalise une nouvelle saison pleine, ce qui lui permet d’être appelé en équipe de France et de disputé l'Euro 1984. Il commence sur le banc, mais son entrée en jeu lors du 1er match lui assure une place de titulaire. C’est finalement Battiston qui fera les frais de ce remaniement défensif. Son heure de gloire viendra en demi-finale, dans un vélodrome survolté contre le Portugal. Il ouvre le score sur coup-franc dès la 25ème minute, une de ses spécialités. En prolongation c’est lui qui égalise et redonne l’espoir à 5 minutes de la fin, reprenant un tir d’Yvon Le Roux, dévié par Michel Platini. On connaît la suite avec le raid de Jean Tigana qui offre le but victorieux à Platoche au bout du suspense, dans un stade Vélodrome bouillant. Quatre jours plus tard, la France décroche le premier grand titre de son histoire en dominant l'Espagne en finale (2 buts à 0). Par la suite, il remportera la Coupe intercontinentale des nations en 1985, mais perdra sa place pour la coupe du Monde 1986. Il obtiendra ses 2 dernières sélections en 1987, lors de matchs de qualification pour l’Euro 88 et notamment lors de la défaite fatidique en Norvège, en juin 1987. En club, il rejoint Marseille en 1986 pour apporter son expérience et sa fougue à une équipe très ambitieuse dirigé par Bernard Tapie. Après 2 ans sur la Canebière qui lui auront permis de retrouver de manière éphémère les bleus, il termine sa carrière à Caen, qui goûte à l’élite. Chez les normands, il viendra là encore partager son expérience du haut niveau dans un groupe qui en manque cruellement. Le maintien est à chaque fois arraché à l’ultime journée. Il met fin à sa carrière en 1989 à 33 ans. Immédiatement, Jean-François Domergue s’oriente vers une carrière d’entraîneur qui l'emmènera au Havre et à Montpellier. Depuis, il est directeur du développement du football à l'UEFA.

 

PALMARÈS


Vainqueur de l'Euro 1984 (France)

Vainqueur de la Coupe Intercontinentale des nations en 1985 (France)

Vice-champion de France en 1987 (Marseille)

Finaliste de la Coupe de France en 1987 (Marseille)


05/05/2020
0 Poster un commentaire

Bruno Germain

Bruno Germain.jpg
Bruno Germain

 

Bruno Germain

Né le 28 avril 1960 à Orléans (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Milieu défensif, 1m83

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 1 sélection

(Qualif Euro: 1 sélection)

 

1ère et dernière sélection : 1987 contre la RDA (0-1)

 

1976/82 US Orléans (FRA) 188 matchs, 16 buts

(Championnat de France de D2: 115 matchs, 9 buts)

(Championnat de France de D3: 52 matchs, 5 buts)

(Coupe de France: 21 matchs, 2 buts)

1982/86 AS Nancy-Lorraine (FRA) 146 matchs, 16 buts

(Championnat de France: 130 matchs, 12 buts)

(Barrage du championnat de France: 2 matchs)

(Coupe de France: 14 matchs, 2 buts)

1986/88 Matra Racing (FRA) 66 matchs, 4 buts

(Championnat de France: 64 matchs, 4 buts)

(Coupe de France: 2 matchs)

1988 Sporting Club Toulon (FRA) 15 matchs, 2 buts

(Championnat de France: 15 matchs, 2 buts)

1988/91 Olympique de Marseille (FRA) 113 matchs, 10 buts

(Championnat de France: 80 matchs, 9 buts)

(Coupe de France: 19 matchs, 1 but)

(Coupe d'Europe des clubs champions: 14 matchs)

1991/93 Paris SG (FRA) 50 matchs, 4 buts

(Championnat de France: 43 matchs, 3 buts)

(Coupe de France: 4 matchs, 1 but)

(Coupe de l'UEFA: 3 matchs)

1993/94 Angers SCO (FRA) 26 matchs, 1 but

(Championnat de France: 25 matchs, 1 but)

(Coupe de France: 1 match)

1994/95 Olympique de Marseille (FRA) 48 matchs, 3 buts

(Championnat de France de D2: 37 matchs, 3 buts)

(Coupe de France: 5 matchs)

(Coupe de la Ligue: 1 match)

(Coupe de l'UEFA: 4 matchs)

1995/96 US Orléans (FRA)

 

Demi-défensif combatif et hargneux, Bruno Germain a été triple champion de France avec l'OM au tournant des années 1980 et 1990. Doté d’un gros gabarit et d’une bonne vision du jeu, il pouvait jouer aussi bien défenseur central que milieu défensif. Formé à Orléans, il s’impose comme une pièce essentielle de l’US Arago de Jacky Lemée (entraîneur-joueur), qui vient de mener les Sang et Or à leur heure de gloire avec une finale de coupe de France, perdue face à Monaco. Passé ensuite par Nancy et Toulon, il débarque à Marseille en 1988. Sous les couleurs phocéennes, Bruno se construit un palmarès: trois titres de champion de France, une Coupe nationale et une finale de Coupe d'Europe des clubs champions perdue en 1991 face à l'Étoile Rouge de Belgrade. À l’issue de cette saison, il rejoint le Paris SG où il avait déjà évolué dans la capitale entre 1986 et 1988 au Matra Racing, au côté de Luis Fernandez. Avec Laurent Fournier et Bernard Pardo, il est échangé contre Jocelyn Angloma. Joueur important, il est notamment présent lors de l’épique quart de finale face au Real Madrid en 1993. Mal à l'aise malgré tout avec les Parisiens, il est laissé libre à la fin de contrat et débarque chez le promu angevin. Sur les bords de Maine, il a notamment récupéré le brassard de capitaine. Il reviendra à l’OM lors de l’exercice 1994-1995 pour aider les Phocéens à remonter en D1. Il mettra fin à sa carrière pro après avoir rempli brillamment sa mission. Malheureusement le club marseillais a vu la DNCG leur barrer la route et ont dû rester une saison de plus à l’étage inférieur. Après avoir filé un coup de main en amateur à l'US Orléans, Bruno se reconvertit dans l'immobilier. Il a investi dans l’achat, la rénovation et la revente de biens. Au début des années 2000, il était aussi consultant pour la chaîne TPS. Désormais, Bruno Germain est souvent sollicité pour commenter l'actualité du football et notamment quand cela concerne son fils Valère.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1991 (Olympique de Marseille)

Champion de France en 1989, 1990 et 1991 (Olympique de Marseille)

Vice-champion de France en 1993 (non-officiel) (Paris SG)

Vainqueur de la Coupe de France en 1989 et 1993 (Olympique de Marseille)

Finaliste de la Coupe de France en 1980 (Orléans) et 1991 (Olympique de Marseille)

Champion de France de D2 en 1995 (Olympique de Marseille)

Champion de France de D3 (groupe Ouest) en 1978 (US Orléans)

 

SOURCES/RESSOURCES


Paninomorphologie express – Bruno Germain - Old School Panini

- Photo: ©Alain Gadoffre/Getty images


30/04/2020
0 Poster un commentaire