Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

France


Joseph Tellechéa

Joseph Tellechea.jpg
Photo: ©FC Sochaux

 

Joseph Tellechéa

 

Né le 27 novembre 1926 à Drancy (FRA)

Décédé le 16 décembre 2015 à Montferrand-le-Château (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Milieu défensif, 1m75

Surnom: Jo

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 3 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 3 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 25 décembre 1955 contre la Belgique (1-2)

Dernière sélection : le 1er mars 1959 contre la Belgique (2-2)

 

1946/61 FC Sochaux (FRA) 469 matchs, 17 buts

(Championnat de France: 377 matchs, 15 buts)

(Championnat de France de D2: 34 matchs)

(Coupe de France: 40 matchs, 2 buts)

(Coupe Charles Drago: 18 matchs)

1961/63 Besançon (FRA) 73 matchs, 2 buts

(Championnat de France de D2: 62 matchs, 1 but)

(Coupe de France: 3 matchs)

(Coupe Charles Drago: 8 matchs, 1 but)

 

Joueur emblématique du FC Sochaux qui remporte la Coupe Charles Drago et termine vice-championne de France en 1953, Joseph Tellechéa restera près de quinze ans chez les Lionceaux. 

 

Originaire de Drancy, il pose ses valises dans le Doubs en 1946 et débute sa longue carrière avec le club sochalien. Champion de France de D2 en 1947, ce joueur de devoir va porter haut par la suite les couleurs Jaune et Bleu. Et va se faire un nom. 377 matchs de première division, le deuxième plus capé du FCSM derrière l'inamovible portier Albert Rust, la finale de Coupe de France paumé en deux rencontres contre Le Havre en 1959, la seconde place obtenue lors de la saison 1952-53 mais aussi cette année-là la Coupe Charles Drago gagné contre Toulouse, au stade des Bruyères de Rouen. Une compétition considéré à l’époque comme une consolante pour les formations éliminées avant les quarts de finale de la Coupe de France. Celui qui a joué avec son frère Raphaël sous la tunique sochalienne et en a été capitaine a aussi fréquenté l'équipe de France. Trois petites sélections, pour un but. Le rude milieu défensif connaît son jour de gloire le 21 octobre 1956 lors de sa deuxième cape face à l'URSS au stade de Colombes en ouvrant le score devant l'immense Lev Yachine juste après la pause. Passé par Besançon, devenu par la suite un professeur de sport respecté et apprécié de tous, Jo Tellechéa nous a quittés le 16 décembre 2015 à l'âge de 89 ans.

 

PALMARÈS

 

Vice-champion de France en 1953 (FC Sochaux)

Finaliste de la Coupe de France en 1959 (FC Sochaux)

Vainqueur de la Coupe Charles Drago en 1953 (FC Sochaux) et 1962 (Besançon)

Champion de France de D2 en 1947 (FC Sochaux)


26/11/2022
0 Poster un commentaire

Félix Pironti

Felix Pironti.png
Photo: ©FFF

 

Félix Pironti

 

Félix Marius Pironti

Né le 5 avril 1921 à Marseille (FRA)

Décédé le 12 janvier 1999 à Marseille (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Ailier gauche, 1m76

Surnom: Féli, "Tête d'or"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 1 sélection

(Match amical: 1 sélection)

 

1ère et dernière sélection : le 24 décembre 1944 contre la Belgique (3-1)

 

1939/43 Olympique de Marseille (FRA)

1943/44 EF Marseille-Provence (FRA)

1944/49 Olympique de Marseille (FRA)

1949/50 GSC Marseille (FRA)

1950/52 FC Sète (FRA)

 

Expert de la tête, Félix Pironti est un membre incontournable de l'Olympique de Marseille des années 40.

 

Pur marseillais, le gamin d'Endoume va s'imposer sur son aile gauche du club phocéen durant une dizaine d'années. Aux côtés de Georges Dard, Jean Robin et un tout jeune joueur de 17 ans encore lycéen nommé Roger Scotti, bien aidé par le buteur Emmanuel Aznar, cette jeune génération va remporter la Coupe nationale en 1943 face à Bordeaux puis deviendra champion de France cinq ans plus tard de justesse devant le LOSC. Parti finir sa carrière au FC Sète, il obtient son unique sélection en équipe de France en 1944 lors de la première rencontre de la Libération, face à la Belgique (3 buts à 1). Placé en demi-défensif, "Féli" ne montrera rien et ne sera plus jamais appelé chez les Bleus. Le père de "Bambi" Pironti, fameux joueur champion de Jeu Provençal, disparaît dans sa ville de toujours en 1999.

 

PALMARÈS

 

Champion de France en 1948 (Olympique de Marseille)

Vainqueur de la Coupe de France en 1943 (Olympique de Marseille)

Finaliste de la Coupe de France en 1940 (finale non-jouée) (Olympique de Marseille)


25/11/2022
0 Poster un commentaire

Olivier Dacourt

Olivier Dacourt.jpg
Photo: ©Alamy

 

Olivier Dacourt

 

Olivier Nicolas André Dacourt

Né le 25 septembre 1974 à Montreuil (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Milieu défensif, 1m75

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 21 sélections, 1 but

(Matchs amicaux: 5 sélections)

(Qualif Coupe du monde: 2 sélections)

(Qualif Euro: 4 sélections, 1 but)

(Euro: 3 sélections)

(Coupe des Confédérations: 7 sélections)

 

1ère sélection : le 30 mai 2001 contre la Corée du Sud (5-0)

Dernière sélection : le 13 octobre 2004 contre la Chypre (2-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png A': 2 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Olympique: 3 sélections

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Militaire: 5 sélections, 2 buts

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png U19: 7 sélections

 

1992/98 RC Strasbourg (FRA) 158 matchs, 5 buts
(Championnat de France: 127 matchs, 4 buts)
(Coupe de France: 10 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue: 7 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 10 matchs)
(Coupe Intertoto: 5 matchs)
1998/99 Everton (ANG) 36 matchs, 3 buts
(Championnat d'Angleterre: 30 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Angleterre: 2 matchs)
(Coupe de la ligue anglaise: 4 matchs, 1 but)
1999/2000 RC Lens (FRA) 37 matchs, 4 buts
(Championnat de France: 26 matchs, 2 buts)
(Coupe de France: 1 match)
(Coupe de la ligue: 1 match)
(Coupe de l'UEFA: 9 matchs, 2 buts)
2000/03 Leeds United (ANG) 82 matchs, 3 buts
(Championnat d'Angleterre: 57 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Angleterre: 1 match)
(Coupe de la ligue anglaise: 2 matchs)
(Ligue des Champions: 14 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 8 matchs)
2003 AS Roma (ITA) (Prêt) 23 matchs
(Championnat d'Italie: 18 matchs)
(Coupe d'Italie: 5 matchs)
2003/06 AS Roma (ITA) 100 matchs, 2 buts
(Championnat d'Italie: 77 matchs, 2 buts)
(Coupe d'Italie: 10 matchs)
(Ligue des Champions: 9 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs)
2006/09 Inter Milan (ITA) 51 matchs
(Championnat d'Italie: 34 matchs)
(Coupe d'Italie: 5 matchs)
(Supercoupe d'Italie: 2 matchs)
(Ligue des Champions: 10 matchs)
2009 Fulham (ANG) (Prêt) 9 matchs
2009/10 Standard Liège (BEL) 9 matchs

 

Révélé à Strasbourg, Olivier Dacourt a arpenté l'Europe en dix-huit ans de carrière. La France, l’Angleterre et l’Italie principalement ont vu évolué le solide milieu récupérateur. Joueur hors-norme, international tricolore à 21 reprises, il peut se targuer d’avoir évolué avec les plus grands joueurs de son époque.

 

Né à Montreuil en Seine Saint-Denis, le gamin d'origine guadeloupéenne intègre en 1991 le centre de formation strasbourgeois. Pour l'anecdote, il débute en D1 à l'âge de 19 ans face à l'AJ Auxerre au poste... d'attaquant. Mais très vite, son tempérament de gagneur et son abattage le font reculer d'un cran, au poste de milieu défensif. Souvent remplaçant, il doit cependant attendre le départ des cadres (Rémi Garde et Franck Sauzée) et son évolution athlétique et technique pour s'imposer dans l'entrejeu alsacien. Après avoir participé aux JO d'Atlanta en 1996 avec son coéquipier Martin Djetou, il reçoit la pleine confiance de son coach Jacky Duguépéroux et devient incontournable sous la tunique bleue ciel du Racing. Il participe à la belle épopée du club en coupe de l'UEFA lors de la saison 1997-98, éliminant les Glasgow Rangers et Liverpool avant de céder en huitièmes de finale face à l'Inter Milan.

 

Au bout de six saisons et une coupe de la ligue gagnée en 1997, il file à l'anglaise et rejoint Everton. Attiré par le "fighting spirit", il cumule les cartons et devient rapidement le meilleur tacleur de Premier League. Adopté par les fans des Toffees, il quitte pourtant le club au bout d'une saison pour revenir en France, au RC Lens. Dans le Nord, il explose littéralement grâce à un parcours fabuleux en C3, échouant aux portes de la finale contre Arsenal. Il décide de retraverser la Manche, posant ses valises à Leeds UTD, et laissant derrière lui un souvenir de véritable guerrier au sein des Sang et Or. Avec les Peacocks, le talentueux milieu français éblouit très vite dans l’entrejeu au point d’être appelé en équipe de France. Vainqueur de la Coupe des confédérations en 2001 et 2003, Dacourt ne s'imposera jamais en Bleu. Considéré comme une option au binôme Makélélé-Vieira, Olivier enfilera le maillot frappée du coq à seulement 21 reprises, participant tout de même à l'Euro 2004.

 

Olivier Dacourt.jpg

Photo: ©George Herringshaw

 

 

En club, il excelle aux côtés d'une sacré génération composé de beaucoup d'espoirs comme Harry Kewell, Rio Ferdinand et Robbie Keane ainsi que de vieux briscard tel que Lucas Radebe et Nigel Martyn. Les Whites créent l’exploit d’aller jusqu’en demi-finale de la Ligue des Champions, éliminé par le FC Valence. Après deux premières saisons réussies, tout se complique avec le changement d'entraîneur. Souvent sur le banc, le "Dac" préfère s'envoler pour l'Italie et signe à l'AS Roma à l'hiver 2003. Dirigé par le grand Fabio Capello, il devient vite un titulaire indiscutable et participe à la superbe saison 2003-04 qui voit la Louve terminer seconde en Série A, derrière le Milan AC. En fin de contrat, il rejoint l’Inter durant l’été 2006, et se révèlera très utile à la cause nerazzurra. Remplaçant de luxe dans un effectif pléthorique où se trouve notamment Patrick Vieira et Esteban Cambiasso, il glane pas moins de trois Scudetti avant de repartir de nouveau au pays de sa Majesté, à la faveur d’un prêt à Fulham. Peu titulaire, les Cottagers décident de ne pas le conserver. Libre de tout contrat à la fin de l'exercice, il rejoint le Standard de Liège en septembre 2009. Il clauqe la porte en février 2010 après seulement huit rencontres disputées. Dacourt raccroche les crampons dans la foulée pour devenir un consultant multi-tâches.

 

L'homme de médias apporte sa vision du football et n'hésite pas à donner son expertise sur les chaînes télévisées. Il poursuit également la noble cause de faire découvrir la part d'humanité qui se cache sous la carapace de quelques grandes stars du ballon rond comme son documentaire "Ma part d'ombre". Lui qui évoque la sienne dans une interview pour "L'Équipe", cette blessure qu'il a toujours gardé en lui, tout au long de sa carrière: "J'avais quinze ans et j'étais au centre de formation de Strasbourg. Un garçon avec qui je partageais la chambre s'est tiré une balle dans la tête, quelques mois après son renvoi du centre. Pendant longtemps, je m'en suis voulu et je me suis dit: comment est-ce possible? Au centre, on est toujours ensemble. On vit, on dort, on mange ensemble. Il était avec moi, je ne l'ai pas vu venir, pourquoi? Face à l'échec et face à la désillusion, on peut arriver à commettre des actes terribles…"

 

PALMARÈS

 

Vainqueur de la Coupe des Confédérations en 2001 et 2003 (France)

Vainqueur de la Coupe du Monde militaire en 1995 (France)

3ème du Championnat d'Europe espoirs en 1996 (France)

Finaliste du Tournoi de Toulon en 1995 (France)

Vainqueur de la Coupe Intertoto en 1995 (RC Strasbourg)

Champion d'Italie en 2007, 2008 et 2009 (Inter Milan)

Vice-champion d'Italie en 2006 (AS Roma)

Finaliste de la Coupe d'Italie en 2003, 2005, 2006 (AS Roma) et 2007 (Inter Milan)

Finaliste de la Coupe de France en 1995 (finale non-jouée) (RC Strasbourg)

Vainqueur de la Coupe de la Ligue en 1997 (RC Strasbourg)

Vainqueur de la Supercoupe d’Italie en 2006 (Inter Milan)
Finaliste de la Supercoupe d’Italie en 2007 (Inter Milan)

04/11/2022
0 Poster un commentaire

Fabrice Poullain

Fabrice Poullain.jpg
Photo: ©DR

 

Fabrice Poullain

 

Né le 27 août 1962 à Alençon (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, milieu défensif, 1m72

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 10 sélections

(Matchs amicaux: 5 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 1 sélections)

(Qualif Euro: 4 sélections)

 

1ère sélection : le 11 septembre 1985 contre la RDA (0-2)

Dernière sélection : le 5 février 1988 contre le Maroc (2-1)

 

1979/80 FC Nantes B (FRA) 27 matchs, 1 but
1980/85 FC Nantes (FRA) 122 matchs, 7 buts
(Championnat de France: 99 matchs, 7 buts)
(Coupe de France: 17 matchs)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 6 matchs)
1985/88 Paris SG (FRA) 114 matchs, 4 buts
(Championnat de France: 96 matchs, 2 buts)
(Coupe de France: 15 matchs, 2 buts)
(Challenge des champions: 1 match)
(Coupe d'Europe des clubs champions: 2 matchs)
1988/90 AS Monaco (FRA) 82 matchs, 2 buts
(Championnat de France: 64 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 8 matchs, 1 but)

 (Coupe d'Europe des clubs champions: 6 matchs)

(Coupe des Coupes: 4 matchs)

1990/92 OGC Nice (FRA) 20 matchs, 2 buts

 

Issu de la toute première promotion du nouveau centre de formation Nantais, Fabrice Poullain est l'un des meilleurs milieux défensifs du championnat de France dans les années 80. 
 
Normand d’origine, l'enfant d'Alençon est repéré par les dirigeants nantais lors du fameux tournoi de Montaigu en 1977. Il fait ses gammes en Jaune et Vert et intègre peu à peu l'équipe pro à partir de 1980, et apprend auprès d’une autre légende nantaise qui était en fin de carrière: Henri Michel. Joueur élégant, polyvalent en défense et au milieu de terrain, il prend part sous les ordres de Coco Suaudeau au titre de champion de France en 1983 à l'âge de 21 ans aux côtés des cadres du club comme José Touré, Thierry Tusseau et William Ayache. Après cinq belles saisons passées dans le club de la Loire, ses qualités n'échappent pas au Paris SG qui le recrute en 1985. Arrivé dans la capitale avec son coéquipier Michel Bibard, Fabrice s'impose aussitôt dans l'effectif parisien où il est associé dans l'entrejeu à Luis Fernandez. Le duo de récupérateur fonctionne très bien et le PSG fera une saison exceptionnelle, avec au bout un premier sacre en première division pour le club grâce à un Dominique Rocheteau au sommet de son art. Cette performance lui permet de faire ses premiers pas en équipe de France, lors d’un match de qualification perdu contre la RDA en septembre 1985. Appelé pour les qualif de l'Euro 1988, son compteur restera bloqué à 10 sélections. Il quitte ensuite le PSG pour rejoindre l'AS Monaco. Deux saisons à la troisième place et une finale de coupe de France perdue 4 buts à 3 contre l'OM de Jean-Pierre Papin. Arrivé en fin de carrière, l'international français termine son périple dans la baie des anges, du côté de l’OGC Nice. Le moment est mal choisit puisque le club sera relégué en fin de saison pour raisons administratives, tout comme Brest et Bordeaux. Cette saison sera celle de trop pour Fabrice qui se blesse gravement, à 28 ans seulement. Il préfère renoncer plutôt que de tenter un hypothétique come-back, dans un club de seconde zone… Clap de fin un peu triste pour ce joueur de devoir, qui n’aura pas forcément eu la reconnaissance qu’il méritait.
 
PALMARÈS
 
Champion de France en 1983 (FC Nantes) et 1986 (Paris SG)
Vice-champion de France en 1981 et 1985 (FC Nantes)
Finaliste de la Coupe de France en 1983 (finale non-jouée) (FC Nantes) et 1989 (AS Monaco)
Finaliste du Challenge des Champions en 1986 (Paris SG)

29/10/2022
0 Poster un commentaire

Frédéric Dehu

Frédéric Dehu.jpg
Photo: ©Tony Marshall/EMPICS

 

Frédéric Dehu

 

Frédéric Fabian William Déhu

Né le 24 octobre 1972 à Villeparisis (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Défenseur central/milieu défensif, 1m86

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png 5 sélections

(Matchs amicaux: 4 sélections)

(Qualif Euro: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 19 août 1998 contre l'Autriche (2-2)

Dernière sélection : le 15 novembre 2000 contre la Turquie (4-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Militaire: 3 sélections

 

1991/99 RC Lens (FRA) 281 matchs, 21 buts
(Championnat de France: 229 matchs, 15 buts)
(Championnat de France de D2: 3 matchs)
(Coupe de France: 22 matchs, 3 buts)
(Coupe de la ligue: 15 matchs, 2 buts)
(Trophée des Champions: 1 match)
(Ligue des Champions: 6 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 5 matchs, 1 but)
1999/2000 FC Barcelone (ESP) 23 matchs, 1 but
(Championnat d'Espagne: 11 matchs)
(Coupe d'Espagne: 4 matchs)
(Ligue des Champions: 8 matchs, 1 but)
2000/04 Paris SG (FRA) 167 matchs, 8 buts
(Championnat de France: 119 matchs, 6 buts)
(Coupe de France: 16 matchs)
(Coupe de la ligue: 5 matchs, 1 but)
(Ligue des Champions: 10 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 9 matchs)
(Coupe Intertoto: 8 matchs)
2004/06 Olympique de Marseille (FRA) 74 matchs, 3 buts
(Championnat de France: 57 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 6 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue: 1 match)
(Coupe de l'UEFA: 5 matchs, 1 but)
(Coupe Intertoto: 5 matchs)
2006/07 Levante (ESP) 14 matchs, 1 but
(Championnat d'Espagne: 12 matchs, 1 but)
(Coupe d'Espagne: 2 matchs)

 

Leader charismatique partout où il est passé, Frédéric Dehu s'est imposé comme l'un des meilleurs défenseurs de l'Hexagone, champion de France avec le RC Lens en 1998.

 

Natif de Villeparisis, il grandit en région parisienne et fait ses gammes au CS Meaux. Repéré par le RC Lens, il débarque dans le Nord en 1989 et effectue ses premiers pas chez les pros le 20 juillet 1991, quatre jours avant ses 18 ans, contre Guingamp (victoire 6 buts à 2). Doté d'un bon jeu de tête et d'un mental de gagneur, ce défenseur prometteur solide, physique et précis monte en puissance. Polyvalent, il peut évoluer à la fois en tant que défenseur central et comme milieu défensif. Auteur de huit belles saisons sous le maillot des Sang et Or, il est l'homme de base du titre de champion de France remporté en 1998. Comment ne pas oublier cette longue passe décisive pour Yoann Lachor lors de la dernière journée à Auxerre pour l'égalisation et qui offre à tout un groupe dirigé par le druide Daniel Leclercq une récompense extraordinaire et mérité. Des performances qu'il l'amène logiquement en équipe de France juste après la victoire mémorable des Bleus en finale de Coupe du Monde face au Brésil en 1998. Il est lancé dans le grand bain par Roger Lemerre face à l'Autriche en match amical (2-2). Sollicité à l’étranger, cette valeur sûr en D1 restera finalement un exercice de plus à Bollaert. C’est lui qui mènera la formation lensoise victorieuse pour la première fois à Wembley contre Arsenal (1 but à 0) en Ligue des Champions et qui soulèvera avec le brassard de capitaine la Coupe de la Ligue en 1999 au Stade de France, avant de prendre dans la foulée la direction du FC Barcelone.

 

Frédéric Dehu.jpg

Photo: ©RC Lens

 

Utilisé avec parcimonie dans une équipe où il côtoie RivaldoPep Guardiola et Patrick Kluivert, il n'arrive pas à s'imposer en Catalogne en raison de ses passages répétitifs à l'infirmerie. Même son chez les Tricolores, à cause cette fois-ci d'une concurrence féroce dans le secteur défensif (DesaillyBlanc...). En 2000, il décide de se relancer au Paris SG. Comme un poisson dans l'eau, Déhu joue quatre saisons pleines, plante six buts en championnat, dont notamment un chef d’œuvre ciseau retourné contre Monaco, devient capitaine après le départ de Mauricio Pochettino et termine vice champion de France en 2004, derrière l'Olympique Lyonnais, avec une équipe qui avait de la gueule à l’époque (Sorin, Heinze, Fiorèse, Cana, Pauleta…). Très populaire dans la capitale, il le devient beaucoup moins quand il annonce son départ à Marseille, en grande partie pour des raisons financières. Pire, l'info tombe juste avant la finale de Coupe de France face à Châteauroux. Il en prend alors pour son grade. Conspué par le public parisien, il est même sifflé en fin de rencontre lorsqu’il soulève le trophée. Les larmes du joueur n’y changeront rien.

 

Il part chez l'ennemi marseillais et s'installe comme le taulier en charnière centrale aux côtés du puissant ivoirien Abdoulaye Meïté. Pour ses deux saisons passées sur la Canebière, il prend une nouvelle fois le brassard de capitaine et retrouve le Stade de France en 2006 pour la finale de la coupe de France, qu’il perd face au… PSG. D'ailleurs, à chaque "Clasico" au Parc des Princes, les supporters lui réservait toujours un accueil des plus chaleureux avec sifflets et banderoles en tout genre. Le roc défensif s’exilera à Levante où il raccroche les crampons en 2007. Élément clé de la période dorée du RC Lens dans les années 90, Frédéric Déhu a réussi à construire un parcours - presque - exemplaire en plus d'une quinzaine d'années, sans jamais démordre à ses convictions: l'ambition, le sacrifice et le respect.

 

PALMARÈS

 

Vainqueur de la Coupe Intertoto en 2001 (Paris SG) et 2005 (Olympique de Marseille)

Champion de France en 1998 (RC Lens)

Vice-champion de France en 2004 (Paris SG)

Vice-champion d'Espagne en 2000 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Coupe de France en 2004 (Paris SG)

Finaliste de la Coupe de France en 1998 (RC Lens), 2003 (Paris SG) et 2006 (Olympique de Marseille)

Vainqueur de la Coupe de la Ligue française en 1999 (RC Lens)

Finaliste du Trophée des champions en 1998 (RC Lens)

Finaliste de la Supercoupe d'Espagne en 1999 (FC Barcelone)

Vainqueur de la Coupe Gambardella en 1992 (RC Lens)


26/10/2022
0 Poster un commentaire