Football-the-story, les légendes du foot

Football-the-story, les légendes du foot

Les plus grandes surprises de l'histoire du football

Les plus grandes surprises de l'histoire du football

 

---> Dans la rubrique "exploit international"

 

1) Coupe du Monde 1954, le Miracle de Berne

 

Le miracle de Berne.jpg

Photo: dpa picture alliance/Alamy

 

- En finale, la RFA déjoue tous les pronostics et s'impose 3 buts à 2 devant une équipe de Hongrie que l'on croyait invincible. En effet, au début de ces années 50, la Hongrie emporte tout sur son passage, notamment le titre olympique d’Helsinki en 1952 (victoire en finale 2 buts à 0 contre la Yougoslavie). L’équipe de Sebes hérite alors du surnom de "Onze d’or". Un onze qui ne connaîtra qu’une défaite en 50 matches entre 1950 et 1956: la pire possible. Archi-favorite du Mondial 1954 qui se déroule en Suisse, la Hongrie entame idéalement sa finale, en menant 2 buts à 0 après huit petites minutes de jeu. Le titre annoncé prend rapidement forme, mais la RFA réagit vite, très vite, et recolle à 2-2 dès la 18ème. Helmut Rahn réussira finalement le doublé en fin de match (84ème) pour offrir un titre inespéré à la République fédérale allemande. Le premier de son histoire.

 

2) Euro 1992, le Danemark vainqueur

 

Danemark 1992.jpg

Photo: ©Beyond The Kop

 

- Les joueurs danois sont pratiquement en vacances. Suite à l'exclusion de la Yougoslavie, ils viennent jouer les remplaçants de luxe et repartent avec le titre. Pour cette finale, l’Allemagne est grande favorite face à une équipe danoise qui joue sans son plus célèbre joueur, Michael Laudrup, qui a décliné la sélection à cause d’une querelle avec son sélectionneur. Mais à la surprise générale, les Allemands buttent sur une défense danoise en béton et perdent la finale sur le score incroyable de 2 buts à 0. 

 

3) Euro 2004, la Grèce vainqueur

 

Grece 2004.jpg

Photo: ©DR

 

- Personne n’aurait misé un kopek sur la sélection grecque au début du tournoi! En finale, ils battent le Portugal de Cristiano Ronaldo et Figo 1 but à 0, sur une tête de Charisteas. La Grèce devient championne d'Europe. Otto Rehhagel entre dans l'Olympe. Les joueurs ne sont plus des footballeurs, ils sont devenus des héros. Une phrase résume le changement de statut des joueurs grecs: "La Grèce antique avait 12 dieux, la Grèce moderne en a 11. "

 

4) Coupe du Monde 1950, Le "Maracazano"

 

Le silence. Celui de 200 000 personnes. Celui de 200 000 âmes. Encore plus lourd, encore plus sourd que celui du néant. Et c’est bien de cela dont il s’agit: du néant. Du sentiment d’être dépossédé du palpable et de l’imperceptible. Les dernières minutes finissent d’anéantir tous les rêves et toutes les certitudes d’un peuple en proie à un traumatise sans commune mesure. L’Uruguay remporte la Coupe du Monde 1950 face au Brésil (2 buts à 1), au grand dam des supporters. La vie n’a plus de sens. Certains choisissent de se l’ôter pour ne pas devoir vivre avec ce fardeau. Le plus grand exploit du football uruguayen devient alors l’une des tragédies les plus douloureuses de la société brésilienne. En ce sens, les joueurs, ex-prétendus héros, sont traités comme des pestiférés. La maillot blanc, porté et assimilé à la malédiction, est abandonné. Il faudra attendre 69 ans avant de voir à nouveau le Brésil revêtir une tunique blanche. Le pays considérera définitivement ce 16 juillet 1950, jour du "Maracanazo", comme maudit. Un sentiment qui voyagera à travers les générations.

 

5)  Coupe du Monde 2014, le traumatique "Mineiraço"

 

- Que s'est-il passé, ce 8 juillet 2014? Quelles planètes ont bien pu s'aligner, quelle malédiction a bien pu être prononcée? Car sous le ciel de Belo Horizonte, l'impensable, l'inimaginable, l'incroyable s'est produit : le Brésil s'est tout simplement désintégré face à une Allemagne qui n'a même pas eu à forcer son (immense) talent pour sortir le pays hôte en demi-finale sur le score de 7 buts à 1.  Les journaux brésiliens décrivent le résultat par des unes telles que: " La plus grande honte de l’histoire " (Lance !), "Humiliation historique " (Folha de Sao Paulo) ou " Le Brésil a été tué " (O Globo). Des titres forts qui confirment le moment historique qu’a constitué cette rencontre. La Seleçao perdra encore le match pour la troisième place face aux Hollandais tandis que la Mannschaft remportera la compétition quelques jours plus tard.

 

Mais aussi:

 

- Coupe du Monde 1950. L'un des exploits les plus improbables de l'histoire du Mondial. La patrie du foot humiliée. Les semi-amateurs américains battent les grands frères anglais trop sûrs de leur force 1 but à 0.

- Coupe du Monde 1966. Le plus grand choc de l'histoire du Mondial. Au premier tour, la Corée du Nord du père de King Jong-Un s'impose devant l'Italie 1 but à 0. Cette défaite élimine les Azzurri.

Coupe du Monde 1978. L'humiliation de Cordoba. Pour sa dernière sortie au premier tour, la RFA, tenante du titre, est battu par l'Autriche 3 buts à 2. 

- Coupe du Monde 1994. La Bulgarie réussit l’exploit d’éliminer les champions du monde allemands en quart de finale (2 buts à 1)! Après cinq participations précédentes sans aucune victoire, la bande à Stoichkov marque l’histoire de leur équipe et atteignent les demi-finales, qu’ils perdent contre l’Italie (2 buts à 1).

- Coupe du Monde 2002. La Corée du Sud réalisera un parcours hors-norme, pour atteindre le dernier carré! En huitième de finale contre l’Italie, les Guerriers Taegeuk l’emportent au but en or au bout des prolongations.

 

--->Dans la rubrique "champion Surprise"

 

1) Leicester, vainqueur de la Première League en 2016

 

Leicester 2016.jpg

Photo: ©Getty images

 

- Un soir de mai 2016, Eden Hazard inscrivait pour Chelsea un but phénoménal contre Tottenham (2-2), et anéantissait tout espoir de titre pour les Spurs. Leicester remportait alors, pour la première fois de son histoire, la Premier League. Guidée par leur coach Ranieri, et emmenée, sur le terrain, par l’incroyable duo Marhez-Vardy en attaque, un solide milieu dirigé par Ngolo Kanté et une défense infranchissable, Leicester est devenu le champion d’Angleterre le plus inattendu de ces dernières décennies. Pratiquement jamais Claudio Ranieri n’aura eu à modifier son onze de départ, d’une régularité impressionnante tout au long de la saison. Historique. Et d’autant plus incroyable que les Foxes sont 18ème en terme de possession de balles, et derniers en pourcentage de passes réussies. 16ème au classement un an auparavant, Leicester City reste aujourd’hui la plus grosse sensation des années 2000 en football.

 

2) Nottingham Forest, Champion d'Angleterre en 1978

 

Nottingham Forest 1978.jpg

Photo: ©AFP

 

- Avant-Dernier club anglais à avoir remporté son premier titre, Nottingham Forest n'avait pourtant rien d'un prétendant. Promus dans l'élite, les Rouges dirigé par le duo Clough-Taylor avait dans son effectif des vieux briscards et des jeunes sans expériences. La belle histoire anglaise se conclut sur une victoire en Coupe d'Europe des clubs champions la saison suivante en battant les suédois de Malmö (1 buts à 0), puis récidive ensuite contre Hambourg sur le même score, à défaut de gagner un nouveau championnat puisqu'ils ont remporté plus de C1 que de championnat.

 

3) Montpellier, champion de France en 2012

 

Montpellier 2012.jpg

Photo: ©AFP

 

- Avant de devenir l’ogre insatiable qu’il est aujourd’hui, le PSG a dû patienter un an, sous l’ère qatarie, avant de remporter son premier titre. La faute à René Girard, Loulou et toute la bande de la Paillade composé de Olivier Giroud, Younès Belhanda et autre Mapou Yanga-Mbiwa. Le club héraultais est sacré avec 82 points, soit le deuxième meilleur total de points pour un champion à l’époque (record depuis explosé par le PSG qatari). Un titre aussi inattendu, que décoiffant.

 

4) Hellas Vérone, champion d'Italie en 1985

 

- Le petit club italien remporte la Série A seulement trois ans après sa promotion dans l’élite. La Juve est cette année-là trop occupée à gagner la C1 pour se méfier des Gialloblu, qui fait la course en tête durant tout le championnat et réalise la plus grosse surprise de l’histoire du Calcio.

 

5) Kaiserslautern, champion d'Allemagne en 1998

 

- Promus en Bundesliga en fin de saison précédente, Les Diables Rouges remporte le titre de Champion d’Allemagne au nez et à la barbe du Bayern Munich. Emmené par un Olaf Marschall qui plante 21 buts, un Ciriaco Sforza qui dirige le jeu le tout encadrés par le vétéran Andreas Brehme. Pas de vraie confirmation néanmoins en 1998-1999, avec une cinquième place en Bundesliga et une élimination 6 buts à 0 par des Bavarois revanchards en quarts de la C1.

 

Mais aussi

 

- En 1995, Blackburn Rovers remporte le championnat d’Angleterre face aux grandes écuries anglaises. Toutefois, contrairement à Leicester, le club mené par Alan Shearer était déjà vice-champion d’Angleterre au moment de son sacre.

- En 2000, le Deportivo la Corogne supplante le grand Real Madrid et le géant barcelonais et s’offre le titre de Liga.

- En 2009, Wolfsburg dirigé par Felix Magath et emmené par Edin Dzeko et Grafite (54 buts à eux deux), les Loups créent la sensation et dominent le Bayern Munich pour remporter leur premier titre de champion de leur histoire.

 En 2015, La Gantoise remporte le titre de champion de Belgique une journée avant la fin. Bien que l'un des plus vieux clubs du pays, Gent n'avait jamais été titré.

- Dundee UTD en 1983, Auxerre en 1996, Lens en 1998, Boavista en 2001, Alkmaar en 2009, Bursaspor en 2010

 

 

---> Dans la rubrique "Les petits poucets en Coupe de France"

 

1) Calais, son parcours incroyable en 2000

 

Calais 2000.jpg

Photo: R. Martin/L'Équipe

 

- C'est certainement l'une des images les plus emblématiques de la Coupe de France: Réginald Becque, capitaine d'une équipe de Calais battue en finale par le FC Nantes, soulevant la Coupe aux côtés de Mickaël Landreau. Avant cela, les Nordistes avaient notamment éliminé Cannes (L2), Strasbourg (L1) puis les Girondins en demi-finale, malgré la présence de MicoudLaslandes et Dugarry. Les quatre buts sont marqués en prolongations, dont une frappe sous la barre du Calaisien Jantau.

 

2) Quevilly, Le "petit poucet" dans sa splendeur en 2012

 

Quevilly 2012.jpg

Photo: ©Stephane Geufroi/Maxppp

 

S’il y a des parcours inattendus d’amateurs ou d’équipes de seconde zone, pratiquement tous les ans, celui-ci est le plus fort. En 2012, qualifié en quart de finale, après avoir éliminé Angers puis Orléans, le club de Quevilly doit se frotter à l’Olympique de Marseille. Après une soirée inoubliable et un match rocambolesque, les joueurs de National se qualifient en prolongation contre les coéquipiers de Loïc Rémy (3 buts à 2, ap), et atteignent le dernier carré. Trois semaines plus tard, à Caen, ils réitèrent l’exploit contre Rennes (2 buts à 1) et se qualifient pour la finale, où ils s’inclineront sur le plus petit des scores face à Lyon (défaite 1 but à 0). Le parcours de Quevilly laissera des souvenirs pendant encore de nombreuses années.

 

3) Nîmes, les Crocos finaliste en 1996

 

Nimes 1996.jpg

Photo: ©Picasa

 

- Alors en National, le Nîmes Olympique se hisse jusqu'en finale de la compétition. Les Gardois, qui comptent dans leurs rangs un certain Cyril Jeunechamp, éliminent Saint-Étienne dès les seizièmes de finale (3 buts à 1). Suivront notamment Strasbourg en quarts (3 buts à 2) et Montpellier en demi (1 but à 0), avant une défaite en finale contre Auxerre après avoir pourtant mené au score (perdue 2 buts à 1). Si la déception est forte, Nîmes hérite grâce à son parcours et à la présence du Champion de France 2006 en finale d’un billet pour la Coupe de l’UEFA.

 

4) Clermont élimine le Paris SG en 1997

 

- C'est au stade des huitièmes de finale que les Clermontois défient le PSG de Raï. Menés 4 buts à 1, les Auvergnats reviennent au score et l'emportent finalement aux tirs aux buts (4-4, 4 tirs au but à 3). Ils s'inclinent au tour suivant face au vainqueur de la compétition, l'OGC Nice, qu'il avait également envoyé aux prolongations... (défaite 2 buts à 1 ap).

 

5) Carquefou élimine l'Olympique de Marseille en 2008

 

- Carquefou et la Coupe de France, c'est également une belle histoire. Alors qu'ils éliminent Gueugnon (L2) puis Nancy (L1), les pensionnaires de CFA 2 voient alors se présenter les phocéens pour un match se jouant à La Beaujoire. Les joueurs amateurs ouvre rapidement le score devant le regard médusé de l'entraîneur marseillais Éric Gerets. Les joueurs amateurs ouvre rapidement le score et font blocs pendant tout le reste du match. Résultat? L'OM tombe sans même aller jusqu'en prolongations, 1 but à 0.

 

Mais aussi

 

Libourne Saint-Seurin 1-0 Olympique Lyonnais (2003). Ayant battu Lille et Metz lors de la précédente édition, les Libournais (CFA) éliminent les champions de France grâce à un but de Régis Castant à la 76ème minute. C'était le Lyon de Coupet, Juninho, Caçapa... Le club alors entraîné par Jean-Marc Furlan se hissera jusqu'en huitièmes de finale, avant de s'incliner devant Rennes (défaite 3 buts à 0).

Montceau-les-Mines 1-0 RC Lens (2007). Alors que les Sang et Or, second de Ligue 1, s'attend à un match de quarts de finale facile, Montceau-les-Mines, tombeur des Girondins en huitièmes, réédite l'exploit grâce à un pénalty de Christophe Alidor et se hisse dans le dernier carré.

Schirrhein 4-2 Clermont (2009). Vous ne regarderez plus le match de vos amis pareil le dimanche matin. Une équipe de District, Schirrhein, avait éliminé Clermont, alors pensionnaire de Ligue 2. Mais surtout un match incroyable. Les Clermontois mènent 2 buts à 0 en première mi-temps contre des Alsaciens jouant en 7ème division. La deuxième tourne au cauchemar: 4 buts dont 3 dans les 30 dernières minutes. Un exploit réalisé par l'équipe d'une ville de seulement 2 000 habitants, devenant ainsi la première équipe départementale à atteindre les seizièmes de finale de la Coupe de France.

Granville 2-1 ap. Bordeaux (2018). Nouvelle désillusion pour un club de l'élite dès les 32èmes de finale. Devant au score, les Girondins sont rejoints dans le temps additionnel avant d'être battus lors de la prolongation et finissent la partie réduits à huit. Granville s'inclinera finalement en huitièmes sur la pelouse de Chambly (1 but à 0).

Andrézieux 2-0 Olympique de Marseille (2019). Le public stéphanois s'est réuni en masse à Geoffroy-Guichard pour chambrer les Marseillais. Il ne va pas être déçu du spectacle. Le président Pereira jubile: "À la fin du match, j'ai dû quitter ma place. Je n'en pouvais plus, c'était trop dur de se contenir. Battre l'OM, c'est un moment gigantesque et inoubliable. " 

 

---> Dans la Rubrique "Les exploits en Coupe d'Europe"

 

1) Le SC Bastia en Coupe de l'UEFA en 1978

 

Résultat de recherche d'images pour "sc bastia 1978 football the story"

Photo: ©DR

 

- La bande à Claude Papi qui compte notamment dans ses rangs Larios, Lacuesta et le néerlandais Johnny Rep (Vice-champion du Monde en 1974 avec les Pays-Bas) avait fait tomber le Sporting Portugal, Newcastle UTD, Torino, le Carl-Zeiss Iena, les Grashoppers Zurich avant de s’incliner en finale face au PSV Eindhoven. La fin d’un rêve et d’une fantastique épopée européenne, qui aura révélé à la France entière et à l’Europe du football, ce petit club du Sporting Club de Bastia, comme le porte-drapeau de l’île de Corse.

 

2) Le Steaua Bucarest en Coupe d'Europe des clubs champions en 1986

 

Steaua Bucarest.jpg

Photo: ©Bob Thomas/Getty images

 

-  L'une des plus grandes surprises de l'Histoire de la C1, la victoire du Steaua Bucarest en finale sur Barcelone. Après 120 minutes sans but dans un match joué à Séville, les Roumains l'emportent 2 tirs au but à 0, une séance qui a rendu célèbre le gardien Helmut Duckadam.

 

3) L'APOËL Nicosie en Ligue des Champions en 2012

 

APOEL Nicosie.jpg

Photo: ©UEFA.com

 

- Le modeste APOËL atteint les quarts de finale de la C1 à la surprise générale. Les Chypriotes ont réussi à terminer premiers de leur groupe devant le Zenith, Porto et Donetsk. Ils éliminent l'Olympique Lyonnais en huitième de finale aux tirs au but avant de chuter face au grand Real Madrid.

 

4) Le FC Malines en Coupe des Coupes en 1988

 

- Le football belge remportait sa dernière Coupe d'Europe, la Coupe des Coupes disparu maintenant, grâce à la victoire du FC Malines sur l'Ajax Amsterdam. Réduit à dix dès la 16ème minute à cause de l’expulsion de Danny Blind, les Ajacides éprouvent des difficultés à repousser les assauts belges. À la 53ème minute, Piet den Boer reprend de la tête un centre d’Eli Ohana et donne la victoire à Malines. Les 10 000 supporters Belges présents à Strasbourg exultent. Cette date est restée gravée dans l'esprit des supporters malinois et du football belge. Le club flamand est également la plus petite ville à avoir remporté une Coupe d’Europe.

 

5) Dnipropetrovsk en Ligue Europa en 2015

 

- Une parenthèse dans son histoire. Basée dans la ville de Dnipro en Ukraine, ce club de l’Est parvient à atteindre la finale de la Ligue Europa en 2015. Après un brillant parcours, et en ayant éliminé l’Olympiakos, l’Ajax Amsterdam et Bruges, le club ukrainien doit se frotter au Napoli de Gonzalo Higuain en demi-finale. Le match aller est satisfaisant (1-1). Au retour, à Kiev, les partenaires de Kalinic l’emportent (1 but à 0) et se hissent en finale pour la première fois! Quelques semaines plus tard, en finale, Dnipro perd de peu contre Séville (défaite 3 buts à 2), mais réussit à se faire un nom sur la scène européenne, sans avoir joué un seul match à domicile, en raison des conflits armés en Ukraine. À la suite de ce brillant parcours, le club va sombrer financièrement, et finalement être dissout pour fusionner avec le club de Dnipro-1.

 

Mais aussi

 

- Ispwich Town en Coupe de l'UEFA en 1981. Un petit club anglais de campagne va bousculer la hiérarchie en proposant le jeu le plus alléchante d'Angleterre, et de remporter la coupe UEFA face aux hollandais d'Alkmaar. La suite, c'est une foule en liesse pour accueillir les hommes de Bobby Robson  dans les rues du Comté de Suffolk.

- Le Dynamo Tbilissi en Coupe des Coupes en 1981. Cette équipe-là a été une machine à jouer qui s'est imposé aussi bien au sein de l'URSS que face aux géants anglais de l'époque. Avec la génération la plus talentueuse de son histoire, ils ont marqué de leur empreinte le football européen grâce à cette victoire historique d'un club de la petite république de Géorgie.

- Aberdeen en Coupe des Coupes en 1983. Si la troisième cité d'Écosse a longtemps ramassé les miettes laissées par les géants de Glasgow, elle peut se targuer d'avoir une coupe européenne dans son armoire à trophée. Une Coupe des Coupes remporté quasiment à domicile et dans des conditions de jeu comme à la maison. Les hommes de Sir Alex Ferguson s'offrent le trophée face au grand Real Madrid grâce à Eric Black et un but de Hewitt en début de prolongation.

- Le Panathinaikos en Coupe d'Europe des clubs champions en 1971. Le club d'Athènes réalise un parcours européen homérique en C1 avant de buter sur la dernière marche contre l’Ajax Amsterdam, à Wembley.

- le Slovan Bratislava en 1969 (C2), le Gornik Zabzre en 1970 (C2), Malmö FF en 1979 (C1), Aston Villa en 1982 (C1), Videoton en 1985 (C3), Alavès en 2001 (C3)

 

---> Dans la rubrique "Les plus belles surprises françaises en coupe d'Europe"

 

1) FC Metz - FC Barcelone 2-4 et 4-1

 

Kurbos - FC Metz - FC Barcelone.jpg

Photo: ©Pichon/L'Équipe

 

- Comme ça, ça paraît bizarre comme affiche. Les Messins ont pourtant réalisé l'un des plus grands exploits du foot français en s'imposant 4 buts à 1 au Camp Nou grâce à un triplé de Toni Kurbos, et ce, après s'être inclinés à St Symphorien 4 buts à 2. Ce n'était certes pas le Barcelone de Messi, mais c'était le Metz de Jules Bocandé.

 

2) FC Sochaux - Eintracht Francfort 2-4 et 2-0

 

FC Sochaux.jpg

Photo: ©fcsochaux.fr

 

- Battu 4 buts à 2 par les tenants du titre à Francfort, les Lionceaux remporte le match retour en huitième de finale de la Coupe de l’UEFA en 1980. Un match joué avec "des crampons à pointes cloutées soigneusement limés et cachés aux arbitres en mettant une couche de cire" afin d’être plus stables sur un terrain enneigé. Le FCSM échoue malheureusement aux portes de la finale. 

 

3) Toulouse - SSC Naples 0-1 et 1-0 (4 tab à 3)

 

Toulouse FC.png

Photo: ©Gerard Bedeau

 

- Une très belle victoire des Violets contre les napolitains emmené par Diego Maradona en 1986, au bout d’une séance de tirs au but où l’Argentin tire sur le poteau. Côté TFC, il y avait notamment Bergeroo, Passi, Stopyra… entraînés par Jacques Santini. Après cet exploit, toute une ville se met à rêver d’un parcours exceptionnel en coupe de l'UEFA. Mais dès le tour suivant, le TFC est éliminé par le Spartak Moscou malgré un match aller convaincant et un Gérald Passi au meilleur de sa forme.

 

4) Laval - Dynamo Kiev 0-0 et 1-0

 

- On leur prédisait le pire. Après avoir fait un premier exploit en tenant en échec les joueurs à Kiev (0-0), le match retour au stade Francis Le Basser a été un véritable spectacle avec 16 500 personnes en feu. 1 but à 0 grâce à la tête de Souto. La plus belle récompense. Après la rencontre, Jean-Michel Godard, héroïque gardien de but du Stade Lavallois dira cette phrase devenue célèbre: " ils nous ont pris pour des Schtroumpf, on les a bien schtroumpfés ! " Les Tangos seront éliminés au 2ème tour par l'Austria Vienne (2 buts à 0 puis 3-3), mais la légende était déjà écrite...

 

5) Bastia - Torino 2-1 et 3-2

 

- Vainqueurs 2 buts à 1 à domicile en huitième de finale de la C3 en 1978, les Corses se déplacent sur la pelouse du Torino, sacré champion d'Italie un an plus tôt. Bastia réalise l'exploit de tenir au Toro et, bien que mené 2 buts à 1, devient la première équipe française à s'imposer en Italie (3 buts à 2). Larios ouvre le score pour le SCB et Krimau l'envoie au paradis d'un doublé, répondant ainsi à celui de Graziani.

 

Mais aussi

 

- Monaco - Real Madrid 2-4 et 3-1. Les Galactiques de Raul, RonaldoZidane et Beckham s'imposent 4 buts à 2 à l'aller après avoir accéléré en seconde période à Bernabeu. Alors, quand ils mènent au retour, tout semble joué. Mais Monaco n'abdique pas et, porté par un superbe Morientes et un fantastique Giuly (auteur d'un doublé), la formation de Didier Deschamps crée l'une des sensations du 21ème siècle sur la scène européenne.

Saint-Étienne - Hajduk Split 1-4 et 5-1 a.p. L'un des matches qui a bâti l'histoire des Verts. Surclassés en Yougoslavie, en huitièmes de finale aller de la C1 en 1974, l'ASSE est encore tenus en échec à l'heure de jeu au retour (1-1). Mais BathenayBereta et Triantafilos permettent au club forézien d'atteindre la polongation, où ils finissent par s'imposer sur un nouveau but de Yves.

- Strasbourg - Liverpool 3-0 et 0-2. Une éclatante victoire strasbourgeoise en 1997 contre Liverpool suite à un doublé de David Zitelli.

- Nice - Kilmarnock 3-1 et 1-1. Pour une première en Europe, en Coupe des Coupes en 1997, c'est vraiment pas mal. Surtout quand tu évolue en D2. L'étonnante victoire au match aller au Ray comble un retour très houleux sur le fond de jeu. Malheureusement, il y a toujours la frustration de se faire sortir à Prague au tour d’après (2-2 à Nice, 1-1 en Tchéquie).

- Troyes - Newcastle UTD 0-0 et 4-4. Un exploit européen. En finale de la coupe Intertoto, Troyes affronte les Magpies de Newcastle. Tenu en échec sur son terrain 0-0 au match aller, les troyens se devaient donc de réaliser une grosse performance en Angleterre pour continuer en Europe. Et face à Shay Given, Gary Speed et Craig Bellamy, ce sera un véritable festival offensif qu’ils offriront à l’Europe du football. À l’heure de jeu, l’ESTAC menait déjà 4 buts à 1 grâce à Medhi Leroy, Nicolas Goussé et le goleador Samuel Boutal (doublé). Mais ça aurait été trop facile. Les hommes de Perrin testeront donc leurs limites en laissant revenir Newcastle à la 90ème minute pour ainsi s’offrir des arrêts de jeu dantesques à St-James Park. Avec au bout une qualification signée dans le panache aubois.

- Lazio Rome - FC Nantes 1-3. Que dire de l’improbable victoire nantaise à Rome au premier tour de la Ligue des champions en 2001, avec un bijoux de Sylvain Armand pour terrasser un grand d’Europe (Couto, Stam, Nesta, Simeone, Mendieta, Crespo…)

- Monaco - La Corogne 8-3 en 2004, Lyon - Werder Brême 7-2 en 2005. Sans oublier le 5 buts à 0 du PSG contre le Steaua Bucarest en 1997, après avoir perdu le match aller du tapis vert.

 

SOURCES/RESSOURCES

 

- Goal/Onze/So Foot/L'équipe/La Prolong'



18/02/2021
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1186 autres membres