FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Sénégal


Aliou Cissé

Aliou Cissé.jpg
Aliou Cissé

 

Aliou Cissé

Né le 24 mars 1976 à Ziguinchor (SEN)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7552702_20180123240780.png Sénégalais, Défenseur droit/Milieu défensif, 1m80

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7552702_20180123240780.png 35 sélections

(Matchs amicaux: 13 sélections)

(Qualif Coupe du Monde: 8 sélections)

(Cuupe du Monde: 4 sélections)

(QUalif Coupe d'Afrique des Nations: 1 sélection)

(Coupe d'Afrique des Nations: 9 sélections)

 

1ère sélection : le 9 juillet 2000 contre l'Egypte (0-0)

Dernière sélection : le 18 juin 2005 contre le Togo (2-2)

 

1992/97 Lille OSC B (FRA) 71 matchs, 5 buts
1994/97 Lille OSC (FRA) 7 matchs
(Championnat de France: 6 matchs)
(Coupe de France: 1 match)
1997/98 CS Sedan-Ardennes (FRA) 35 matchs, 6 buts
(National: 33 matchs, 5 buts)
(Coupe de France: 2 matchs, 1 but)
1998/2002 Paris SG (FRA) 61 matchs, 2 buts
(Championnat de France: 43 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 6 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue: 6 matchs)
(Ligue des Champions: 4 matchs)
(Coupe Intertoto: 2 matchs)
2001/02 Montpellier HSC (FRA) (Prêt) 18 matchs, 1 but
(Championnat de France: 17 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue: 1 match)
2002/04 Birmingham City (ANG) 37 matchs
(Championnat d'Angleterre: 35 matchs)
(Coupe d'Angleterre: 1 match)
(Coupe de la ligue anglaise: 1 match)
2004/06 Portsmouth (ANG) 28 matchs
(Championnat d'Angleterre : 23 matchs)
(Coupe d'Angleterre: 1 match)
(Coupe de la ligue anglaise: 4 matchs)
2006/08 CS Sedan-Ardennes (FRA) 25 matchs, 1 but
(Championnat de France: 11 matchs) 
(Championnat de France de D2: 10 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 4 matchs)
2008/09 Nîmes Olympique (FRA) 9 matchs
(Championnat de France de D2: 7 matchs)
(Coupe de France: 1 match)
(Coupe de la ligue: 1 match)

 

Si sa carrière de joueur n’a pas eu de retentissement outre mesure, on se souvient tous de sa crinière de lion, de ses aboiements sur le terrain et de sa hargne à la tâche. Milieu défensif, Aliou Cissé a été le guide et capitaine de la "génération El Hadji Diouf". Il aura connu son heure de gloire avec le Sénégal avec qui il atteindra les quarts de finale de la Coupe du monde 2002 avec une victoire de luxe en match d'ouverture contre la France, championne du monde en titre (1 but à 0) et la finale de la CAN la même année (perdue au tirs au but) devant le Cameroun. Dans une équipe nationale touchée par la grâce à la veille et au début des années 2000, Aliou Cissé s’est imposé comme une évidence dans l’entrejeu où sa capacité à harceler l’adversaire et à insuffler cette énergie, ont fait de lui un taulier. Si les honneurs n’ont pas sanctionné les périples de cette équipe, l’histoire retiendra qu’Aliou Cissé a porté plus qu’un brassard. Il a été un meneur d’hommes et de destins, au charisme solidement ancré qui inspirait par sa rigueur et son sérieux l’estime, voire l’admiration de ses coéquipiers. Beaucoup de joueurs dont le talent n’est pas fulgurant, ont joué la réputation de leur carrière dans ce champ annexe de la bravoure et de l’honneur. Deux qualités que l’homme a promenées de manière épisodique, sur les pelouses françaises, à Lille, à Sedan, au PSG, à Montpellier, à Nîmes, avec un exil en Premier League anglaise du côté de Birmingham et Portsmouth. Né à Ziguinchor, l'enfant de Kandé s'établit avec sa famille dans le Val de Marne à Champigny. C’est la découverte d’une terre d’adoption qui deviendra aussi une patrie de cœur. Il totalise près de 150 matchs sur le sol français, pour des récompenses timides. Si son talent n’a pas conquis les mémoires, son engagement sur le terrain lui est resté une marque de fabrique. Retraité des terrains en 2009, il ne commencera à entraîner qu’en 2012. D’abord les jeunes du Sénégal avant d’être propulsé à la tête des A en 2015.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe d'Afrique des Nations en 2002 (Sénégal)

Vainqueur de la Coupe Intertoto en 2001 (Paris SG)

Vice-champion de France en 2001 (Paris SG)

Finaliste de la Coupe de la Ligue en 2000 (Paris SG)

Vice-champion de France National en 1998 (CS Sedan-Ardennes)


25/03/2020
0 Poster un commentaire

Thierno Youm

Thierno Youm.jpg
Thierno Youm

 

Thierno Youm

Né le 17 avril 1960 à Rufisque (SEN)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7552702_20180123240780.png Sénégalais, Attaquant, 1m80

Surnoms: La mobylette, la flèche, la fusée, l'express

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7552702_20180123240780.png ? sélections, ? buts

(Coupe d'Afrique des Nations: 5 sélections, 1 but)

 

1980/84 ASC Diaraf (SEN)
1984/87 Stade Lavallois (FRA) 83 matchs, 16 buts
(Championnat de France: 73 matchs, 15 buts)
(Coupe de France: 10 matchs, 1 but)
1987/92 FC Nantes (FRA) 136 matchs, 37 buts
(Championnat de France: 124 matchs, 29 buts)
(Coupe de France: 12 matchs, 8 buts)
1992/93 Espérance Tunis (TUN)
1994/95 Olympique Avignonnais (FRA)

 

De nombreux surnoms ont été donnés à ce joueur hors norme qui se distinguait par sa vitesse et ses débordements ravageurs sur le coté droit de l'attaque lavallois : la mobylette, la fusée, la flèche ou l'express, tant de qualificatifs pour décrire cette vedette du football africain des années 1980. Né le 17 avril 1960 à Rufisque dans la banlieue de Dakar, Thierno Youm s’oriente d'abord vers une carrière de banquier et joue parallèlement au football à l’ASC Diaraf. C'est en 1982 que cet attaquant connaîtra sa première consécration en remportant avec son club le doublé Coupe-Championnat, puis une nouvelle Coupe nationale l’année suivante. Ses brillantes prestations lui ouvrent les portes de l’équipe nationale du Sénégal et le font remarquer des recruteurs du Stade Lavallois. À 24 ans, il rejoint Laval en 1984 pour une première saison difficile. En effet, malgré une vitesse impressionnante balle aux pieds et une très bonne technique, il découvre les défenses rugueuses du championnat de France des années 1980 et un arbitrage peu propice aux attaquants rapides. Sa stature moyenne (1m80 pour 73 kg) dans un football où le physique prenait souvent le pas sur la technique sera l'un des principaux freins à sa carrière. Il multipliera ainsi les blessures : fracture d'une pommette, pubalgie puis cheville douloureuse, un choc contre Toulon l'écarte des terrains pour plusieurs mois laissant le souvenir d'un joueur talentueux mais fragile. Pour cette première saison le prodige Sénégalais dispute quatorze matchs pour deux buts inscrits. L’arrivée de Chérif Oudjani en 1985 lui créer un duo intéressant. Bénéficiant de ce point d'encrage qui mobilise les défenses adverses, il fera parler sa pointe de vitesse et sa vivacité. Un beau tandem qui sera pourtant disloqué. Il est associé la saison suivante avec le Nigérian Richard Owubokiri et réalise sa meilleure saison sur le plan comptable avec 9 réalisations avant de rejoindre les Canaris l’exercice d’après. À Nantes, son entraîneur Miroslav Blazevic disait qu’il était le plus doué de sa génération. Youm dont la technique prédisposait à devenir le meilleur africain en France sera vite marqué par deux opérations au genou. La fragilité du sénégalais devient alors inquiétante. Heureusement, il retrouve tous ses moyens. Régulier pour un remplaçant de luxe dans cet effectif qui renie la tradition de formation à la nantaise, il tourne à une moyenne assez basse (5-6 buts par saison). L’émergence de Patrice Loko au début des années 90 lui donne pas mal de fil à retordre et il ronge son frein sur le banc l’espace d’une saison. Pour sa dernière année avec les canaris, Blazevic, l’associe à Loko dans un 4-4-2 qui fait merveille. Mais en proie à d’énormes difficultés financière, le FC Nantes doit vendre une bonne partie de son effectif. Thierno fait partie du contingent des joueurs qui doivent quitter le club: Thierry Bonalair part à Auxerre, Marcel Desailly et Jean-Jacques Eydelie à l’OM, Jorge Burruchaga à Valenciennes… Thierno part lui l’Espérance Tunis. Après une saison sur le continent africain le temps de s’adjuger le championnat de Tunisie avec les Sang et Or, le Sénégalais retourne en France et signe à Avignon en division d’honneur. À 34 ans, il déboulonne définitivement les crampons et décide de rentrer dans son pays. Il devient par la suite adjoint au maire de Rufisque ente 1995 et 2000 et y monte une école de football. Thierno Youm restera à jamais dans la mémoire du Stade Lavallois. Personne ne pourra oublier ses chevauchés fantastiques qui faisaient vibrer Le Basser.

 

PALMARÈS


Champion du Sénégal en 1982 (ASC Diaraf)

Champion de Tunisie en 1993 (Espérance Tunis)

Vainqueur de la Coupe du Sénégal en 1982 et 1983 (ASC Diaraf)


29/10/2019
0 Poster un commentaire

Roger Mendy

Roger Mendy.jpg
Roger Mendy

 

Roger Mendy

Né le 8 février 1960 à Dakar (SEN)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7552702_20180123240780.png Sénégalais, Défenseur central, 1m84

Surnom: L'impérial

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7552702_20180123240780.png 87 sélections, 3 buts

(?: 78 sélections, 3 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 4 sélections)

(Coupe d'Afrique des Nations: 5 sélections)

 

1978/86 ASC Jeanne d'Arc (SEN)
1986/89 Toulon (FRA) 112 matchs, 6 buts
(Championnat de France: 105 matchs, 6 buts)
(Coupe de France: 7 matchs)
1989/92 AS Monaco (FRA) 115 matchs, 6 buts
(Championnat de France: 85 matchs, 4 buts)
(Coupe de France: 9 matchs, 1 but)
(Coupe des Coupes: 16 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 5 matchs)
1992/94 Pescara (ITA) 30 matchs, 3 buts
(Championnat d'Italie: 16 matchs, 1 but)
(Championnat d'Italie de D2: 11 matchs, 1 but)
(Coupe d'Italie: 3 matchs, 1 but)

 

Roger Mendy, défenseur central qui a fait les beaux jours de l'AS Monaco, est né en 1960. Prodige sénégalais, il débarque à la Jeanne d’Arc à dix-sept ans. Issu d’une famille pauvre, le petit Roger ne mangeait pas à sa faim, et se souvient qu’il s’était présenté à l’entraînement avec des chaussures qu’il avait ramassées dans une poubelle. Mal fagoté, l’entraîneur des juniors de l’époque le renvoyait sans même l’avoir vu s’exprimer sur le terrain. Tenace et sûr de ses valeurs, il s’accroche et débute en junior au bout de quelques mois. Très vite, il est repéré par l’entraîneur de l’équipe pro qui le fait monter. En quelques semaines, il joue ses premiers matches avec l’équipe première et crève l'écran. Au fil des rencontres, l’homme que des sportifs ont surnommé "l’impérial", va se positionner comme l’un des meilleurs libéros africains. Sachant jouer des deux pieds, Mendy s’avère aussi intraitable au sol que dans les airs, imposant avec facilité sa supériorité physique. Appelé en équipe nationale du Sénégal, il inscrit un but dès sa première sélection. Il devient le taulier d’une équipe sénégalaise très spectaculaire, mais qui ne fera pas grand-chose. Il s’agit parait-il de la meilleur génération, avec les Thierno Youm, Jules Bocandé, Oumar Sène et autre, mais elle ne gagnera rien, ne jouera aucune Coupe du monde et atteindra au mieux une demi-finale de CAN. Pourtant le talent de Roger Mendy ne laissera pas indifférent des recruteurs occidentaux. En 1986, il reçoit une offre du Sporting Toulon Var où il posera sa valise. Durant trois saisons, il forme une défense solide aux côtés de Bernard Casoni. En 1989, il rejoint l’AS Monaco avec la lourde tâche de succéder à Patrick Battiston. Son duo avec Emmanuel Petit sera l’une des charnières centrales les plus efficaces de l’histoire du club et sera reconnu au niveau continental grâce aux belles épopées européennes en 1990 et 1992. Un gros point noir entache toutefois son passage monégasque. Ses prestations face à Marseille en pleine période de corruption sous l’ère Tapis (incluant en outre des joueurs monégasques) furent étonnamment décevantes. Le fisc vient également frapper à la porte du défenseur sénégalais pour lui réclamer les impôts qu’il aurait du payer lors de son passage à Toulon. Interdit de territoire, Roger signe à Pescara, en Série A, devenant le premier joueur sénégalais à évoluer dans le championnat italien. Il prend sa retraite à trente-quatre ans et reste dans les mémoires comme le meilleur défenseur sénégalais de l'histoire.

 
PALMARÈS
4ème de la Coupe d'Afrique des Nations en 1990 (Sénégal)
Finaliste de la Coupe des Coupes en 1992 (AS Monaco)
Vice-champion de France en 1991 et 1992 (AS Monaco)
Champion du Sénégal en 1985 et 1986 (ASC Jeanne D'Arc)
Vainqueur de la Coupe de France en 1991 (AS Monaco)
Vainqueur de la Coupe du Sénégal en 1980 et 1984 (ASC Jeanne D'Arc)
 
DIVERS
- Retourné au Sénégal en 2009, il organise une sorte de "Nouvelle Star" version football, un projet réalisé en partenariat avec la Radio télévision sénégalaise, afin de découvrir de nouveaux talents.

07/08/2019
0 Poster un commentaire

El-Hadji Diouf

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7697692_201805041131960.jpg
El-Hadji Diouf

 

El-Hadji Ousseynou Diouf

Né le 15 janvier 1981 à Dakar (SEN)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7552702_20180123240780.png Sénégalais, Ailier droit, 1m80

Surnom: "Dioufy"

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7552702_20180123240780.png 70 sélections, 24 buts

(Matchs amicaux: 21 sélections, 4 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 20 sélections, 14 buts)

(Coupe du Monde: 5 sélections)

(Qualif Coupe d'Afrique des Nations: 8 sélections, 5 buts)

(Coupe d'Afrique des Nations: 16 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 23 avril 2000 contre le Bénin (1-0)

Dernière sélection : le 11 octobre 2008 contre la Gambie (1-1)

 

1998/99 FC Sochaux (FRA) 16 matchs
1999/2000 Stade Rennais (FRA) 38 matchs, 4 buts
(Championnat de France: 28 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 3 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue: 1 match)
(Coupe Intertoto: 6 matchs, 2 buts)
2000/02 RC Lens (FRA) 61 matchs, 19 buts
(Championnat de France: 54 matchs, 18 buts)
(Coupe de France: 5 matchs, 1 but)
(Coupe Intertoto: 2 matchs)
2002/05 Liverpool (ANG) 79 matchs, 6 buts
(Championnat d'Angleterre: 55 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Angleterre: 4 matchs)
(Coupe de la ligue anglaise: 7 matchs, 3 buts)
(Ligue des Champions: 9 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs)
2004/05 Bolton Wanderers (ANG) (Prêt) 17 matchs
(Championnat d'Angleterre: 27 matchs, 9 buts)
(Coupe d'Angleterre: 3 matchs)
(Coupe de la ligue anglaise: 5 matchs)
2005/08 Bolton Wanderers (ANG) 104 matchs, 15 buts
(Championnat d'Angleterre: 87 matchs, 12 buts)
(Coupe d'Angleterre: 2 matchs)
(Coupe de la ligue anglaise: 3 matchs)
(Coupe UEFA: 12 matchs, 3 buts)
2008/09 Sunderland (ANG) 16 matchs
(Championnat d'Angleterre: 14 matchs)
(Coupe d'Angleterre: 1 match)
(Coupe de la ligue anglaise: 1 match)
2009/11 Blackburn Rovers (ANG) 62 matchs, 4 buts
(Championnat d'Angleterre: 60 matchs, 4 buts)
(Coupe d'Angleterre: 2 matchs)
2011 Rangers (ECO) (Prêt) 15 matchs, 1 but 
2011/12 Doncaster Rovers (ANG) 22 matchs, 6 buts
2012/14 Leeds United (ANG) 50 matchs, 7 buts
(Championnat d'Angleterre: 40 matchs, 5 buts)
(Coupe d'Angleterre: 5 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue anglaise: 5 matchs, 1 but)
2014/15 Sabah FA (MYS) 10 matchs, 4 buts

 

Idolâtré dans son pays, subversif et bouillant ailleurs, tel est El Hadji Diouf. Un joueur hors du commun, qui passionne ses compatriotes sénégalais. D’abord gardien, c’est pour imiter son compatriote Jules Bocandé que le jeune El-Hadji change de poste. Bien lui en aura pris. Né au Sénégal, El-Hadji Diouf arrive en France à son adolescence, et intègre le centre de formation du FC Sochaux. Quelques années plus tard, il fait ses débuts en D1 et rejoint après une seule saison dans l’élite le Stade Rennais. El-Hadji Diouf.jpgEn Bretagne, après de bons débuts, Diouf peine à convaincre. Auteur de quatre buts, il se distingue surtout par ses écarts extra-sportifs. En 2000, le club breton le prête au RC Lens. C’est dans le Nord que le natif de Dakar explose. Joueur-clé des Sang et Or pendant deux saisons, ses prestations permettent à son club de finir vice-champion de France en 2002. Egalement finaliste de la Coupe d'Afrique des Nations la même année, El-Hadji Diouf enchaîne l’été suivant sur un Mondial éblouissant. Sous son impulsion, les Lions de la Teranga égalent le Cameroun en devenant la seconde nation africaine à se hisser jusqu’en quart de finale du rendez-vous planétaire, et ce après avoir notamment terrassé la France (championne du monde en titre) durant la phase de poules ! Engagé par Liverpool à l'âge de vingt et un ans pour dix-huit millions d'euros, ce bad-boy aussi talentueux qu’inconstant n’a hélas jamais retrouvé tout son lustre par la suite… Ses performances sont catastrophiques (6 but en 80 matchs) et son comportement dérape. Impulsif sur la pelouse, El Hadji Diouf se fait aussi épingler en dehors. Il est surpris plusieurs fois à faire la fête jusqu’au petit matin, à quelques heures d’un match. Son permis lui est retiré un temps, pour cause de conduite en état d’ébriété. Les accidents de circulation se multiplient. Les rixes et pugilats aussi. Diouf, le gendre idéal. Pendant de longues années, l'attaquant sénégalais écume les clubs anglais de second rang et continue de faire parler de lui en raison de ses frasques et de son caractère controversé. Pourtant El-Hadji ne traîne pas que des casseroles. En 2004, la légende brésilienne Pelé l’a cité parmi les 125 meilleurs joueurs de l’histoire du ballon rond. Double ballon d’or africain (2001 et 2002), Diouf est considéré comme le meilleur footballeur sénégalais de tous les temps. Ses excès et sa carrière sur une courbe sinusoïdale ne peuvent effacer de telles distinctions, preuves d’un talent sans doute un peu gâché.

 

PALMARÈS


Finaliste de la Coupe d'Afrique des Nations en 2002 (Sénégal)

4ème de la Coupe d'Afrique des Nations en 2006 (Sénégal)

Finaliste de la Coupe Intertoto en 1999 (Stade Rennais)

Vice-champion de France en 2001 (RC Lens)

Champion d’Écosse en 2011 (Rangers)

Vainqueur de la Coupe de la Ligue Anglaise en 2003 (Liverpool)

Vainqueur de la Coupe de la ligue écossaise en 2011 (Rangers)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu Joueur Africain de l'année en 2001 et 2002

Élu Footballeur africain de l'année par BBC en 2002

Élu meilleur joueur de la Coupe d'Afrique des Nations en 2002

Nommé dans l'équipe type du tournoi de la Coupe du Monde 2002

Nommé au FIFA 100

 

DIVERS


- Depuis de nombreuses années, Diouf est engagé dans de nombreux combats pour l’Afrique. Le Lion de la Teranga donne beaucoup de son temps et de son argent pour diverses associations au Sénégal et ailleurs sur le continent. En 2007, il s’est associé à la star du rap US Akon (lui-même né à Dakar) pour lancer Konfidence Foundation, une structure qui vient en aide aux plus démunis au Sénégal et dans toute l'Afrique.

 

VIDÉO



15/01/2019
0 Poster un commentaire

Oumar Sène

Oumar Sène.jpg
Oumar Sène

 

Oumar Gueye Sène

Né le 23 octobre 1959 à Dakar (SEN)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7552702_20180123240780.png Sénégalais, Milieu de terrain/Ailier, 1m81

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7552702_20180123240780.png 30 sélections

 

1977/80 US Gorée (SEN)
1981/85 Stade Lavallois (FRA) 127 matchs, 21 buts
(Championnat de France: 109 matchs, 17 buts)
(Coupe de France: 14 matchs, 3 buts)
(Coupe de l'UEFA: 4 matchs, 1 but)
1985/92 Paris SG (FRA) 197 matchs, 18 buts
(Championnat de France: 174 matchs, 15 buts)
(Coupe de France: 20 matchs, 3 buts)
(Coupe de l'UEFA: 3 matchs)

 

Sorte de Pirlo avant l’heure, Oumar Sène était un de ces libéros du milieu de terrain qui aurait très bien pu jouer meneur de jeu. Arrivé en France assez jeune, il va se révéler à Laval, avec qui il disputera la Coupe d’Europe avant de rejoindre le PSG, dont il sera un des piliers pendant 7 saisons, avec à la clé un titre de champion en 1986. Natif de Dakar, Oumar Sène fait ses débuts à l’US Gorée, là où son père Saër avait fait les beaux jours dans les années 50. Milieu offensif à ses débuts, il marque les esprits par son élégance et sa maitrise technique. Dès sa première saison, il remporte le titre de champion du Sénégal. Ses excellents résultats et son tout nouveau statut d’international vont le pousser à tenter la grande aventure dans un club français. Il fait un premier essai à l’OM mais le club en proie à des difficultés sportives et financière, ne donne pas suite. Oumar Sène.jpgSon compatriote, Moussa Dabo, lui conseille de contacter le stade Lavallois. C’est ainsi qu’il débarque chez les tangos en janvier 1981. Arrivé en plein hiver, l’adaptation est difficile pour Oumar qui doit de plus faire face à une forte concurrence comme "joueur étranger" avec la présence dans les rangs lavallois de l'allemand Uwe Krause, de l'autrichien Herwig Kircher, de l'algérien Abdelmajid Bourebbou, du malien Sékou Diallo et de son compatriote Christophe Sagna. Il est cantonné en équipe réserve mais ne perd pas espoir. La saison 1981/82 lui permettra de disputer 8 matchs et de faire étalage de sa technique exceptionnelle. Il prend petit à petit ses marques dans une équipe qui termine 5éme du championnat. La saison 1982/83 sera pour Oumar Sène celle de la confirmation. Il devient un titulaire indiscutable du 11 lavallois. Dans un rôle de milieu de terrain bénéficiant d’une grande liberté, il enchante le public par ses incursions balle au pied dans les défenses adverses. Rien ne semble lui résister. Il disputera 36 matchs et finira deuxième buteur du club avec 8 buts. Il permet au club de décrocher une qualification pour la coupe de l’UEFA. Et justement Laval va se faire un nom en Europe en éliminant le Dynamo Kiev au 1er tour avant de tomber avec les honneurs contre l’Austria Vienne. Battus 2 à 0 à l’aller, Laval fera une première mi-temps de folie en inscrivant 3 buts, dont un d’Oumar Sène. Malheureusement la seconde verra les autrichiens revenir à 3-3. La fanfaronnade ne durera pas non plus très longtemps, au gré des départs et une décevante 11ème place. Taulier de cette équipe, Oumar Sène fera comme toute une génération de Lavallois, la fuite vers des clubs plus huppés. Ainsi, en 1985, il rejoint le PSG, finaliste de la Coupe de France. Le sénégalais parvient à combler le vide laissé par Luis Fernandez au milieu de terrain. Au coté de Safet Susic et de Dominique Rocheteau il remportera le titre de champion de France dès sa première année dans le club de la capitale. Et grâce à lui en plus puisqu'il inscrit le but du sacre contre Monaco à la 89ème le 11 avril 1986. Il connaîtra ensuite deux saisons en demi-teinte marqué par une opération au ménisque. L’arrivée en 1988 comme entraîneur de Tomislav Ivic va permettre au sénégalais de vivre une saison pleine. Repositionné en milieu défensif et promu capitaine, Oumar Sène jouera 36 matchs de championnat. Le club de la capitale terminera deuxième derrière l’OM. Il disputera encore trois saisons au sein de l’effectif parisien. Mais l’arrivée de Canal + à la tête du club et la volonté des dirigeants de rompre avec le passé en imposant un recrutement flamboyant (Ginola, Fournier, Ricardo et Valdo), pousse Oumar vers la sortie. Dur réalité du football professionnel pour ce serviteur du club parisien qui aura disputé 7 saisons soit 197 matchs et 18 buts inscrits. Il raccroche les crampons en 1992. Le plus grand regret du joueur sera sans doute la sélection. Il en sera un pilier de 1982 à 1992, disputant de nombreuse Coupe d’Afrique des Nations.
 
PALMARÈS
Champion de France en 1986 (Paris SG)
Vice-champion de France en 1989 (Paris SG)
Champion du Sénégal en 1978 (US Gorée)

09/11/2018
0 Poster un commentaire