FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Javier Saviola

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_7692173_201804302649935.jpg
Javier Saviola

 

Javier Pedro Saviola Fernández

Né le 11 décembre 1981 à Buenos Aires (ARG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png Argentin, Attaquant, 1m68

Surnoms: El Conejo, El Pibito

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png 40 sélections, 11 buts

(Matchs amicaux: 19 sélections, 5 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 12 sélections, 1 but)

(Coupe du Monde: 3 sélections, 1 but)

(Copa America: 3 sélections, 3 buts)

(Copa America: 3 sélections, 1 but)

 

1ère sélection : le 16 août 2000 contre le Paraguay (1-1)

Dernière sélection : le 13 octobre 2007 contre le Chili (2-0)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png olympique: 3 sélections, 1 but

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4825565_201505164916331.png U20: 7 sélections, 11 buts

 

1998/2001 River Plate (ARG) 120 matchs, 57 buts
(Championnat d'Argentine: 86 matchs, 45 buts)
(Copa Libertadores: 26 matchs, 9 buts)
(Copa Mercosur: 8 matchs, 3 buts)
2001/07 FC Barcelone (ESP) 173 matchs, 72 buts
(Championnat d'Espagne: 123 matchs, 49 buts)
(Coupe d'Espagne: 14 matchs, 9 buts)
(Ligue des Champions: 29 matchs, 11 buts)
(Coupe de l'UEFA: 7 matchs, 3 buts)
2004/05 AS Monaco (FRA) (Prêt) 42 matchs, 17 buts
(Championnat de France: 29 matchs, 8 buts)
(Coupe de France: 5 matchs, 5 buts)
(Coupe de la ligue: 1 match)
(Ligue des Champions: 7 matchs, 4 buts)
2005/06 FC Séville (ESP) (Prêt) 42 matchs, 15 buts
(Championnat de France: 29 matchs, 9 buts)
(Coupe de l'UEFA: 13 matchs, 6 buts)
2007/09 Real Madrid (ESP) 31 matchs, 5 buts
(Championnat d'Espagne: 17 matchs, 4 buts)
(Coupe d'Espagne: 6 matchs, 1 but)
(Supercoupe d'Espagne: 2 matchs)
(Ligue des Champions: 6 matchs)
2009/12 Benfica Lisbonne (POR) 92 matchs, 32 buts
(Championnat du Portugal: 69 matchs, 24 buts)
(Coupe du Portugal: 10 matchs, 5 buts)
(Coupe de la ligue portugaise: 12 matchs, 3 buts)
(Supercoupe du Portugal: 1 match)
2012/13 Málaga (ESP) 37 matchs, 9 buts
(Championnat d'Espagne: 27 matchs, 8 buts)
(Coupe d'Espagne: 4 matchs)
(Ligue des Champions: 6 matchs, 1 but)
2013/14 Olympiakos (GRE) 35 matchs, 14 buts
(Championnat de Grèce: 26 matchs, 12 buts)
(Coupe de Grèce: 4 matchs)
(Ligue des Champions: 5 matchs, 2 buts)
2014/15 Hellas Vérone (ITA) 16 matchs, 1 but
(Championnat d'Italie: 15 matchs, 1 but)
(Coupe d'Italie: 1 match, 1 but)
2015/16 River Plate (ARG) 15 matchs
(Championnat d'Argentine: 13 matchs)
(Copa Libertadores: 1 match)
(Copa Sudamericana: 1 match)
 
Etiqueté comme le plus grand diamant brut du football argentin, Javier Saviola n’a finalement jamais flambé eu Europe et pourtant des clubs, il en a connu un paquet. Né à Buenos Aires, il est rapidement repéré par Adolfo Pedernera, chargé du recrutement des jeunes espoirs de River Plate. "Il ne frappe pas le ballon, il le caresse. Prenez-le, dit-il aux dirigeants, et il fera votre fortune. " L'enfant n'a que 9 ans, mais le recruteur ne s'est pas trompé. Petit gabarit mais vif, rapide et très habile techniquement des deux pieds, il débute à seize piges avec River Plate et plante déjà son premier but en pro. Les premières comparaisons avec Diego Maradona ne se font pas attendre. Le gamin est précoce et l’Argentine se met à rêver d’un nouveau prodige. Il va explosé littéralement et devenir l'un des plus grands espoirs du football argentin. Javier Saviola.jpgAvec son pote Pablo Aimar, ils permettent au club rouge et blanc de remporter le championnat d’ouverture. En claquant 15 buts, il devient le plus jeune joueur à finir meilleur buteur du championnat argentin. Comme un symbole, il est nommé meilleur joueur d'Amérique du Sud en 1999 à seulement dix-huit ans! Une sacré distinction pour ce trophée qui est l’équivalent du Ballon d'Or en Amérique du Sud. Dès sa deuxième saison à River, en 1999/2000, il inscrit 19 buts en 33 rencontres et termine meilleur buteur du tournoi d’ouverture. C'est l'année aussi de sa première sélection avec l'Albiceleste, contre le Paraguay. À son âge, il faisait déjà preuve d'une grande maturité. Il déclare dans une interview à la FIFA: "J'essaie de me comporter comme un professionnel sur et en dehors du terrain. Cela inclut signer des autographes et donner des interviews. Mais il y a une limite à tout. Je n'ai pas envie d'être avalé par tout ça, et j'ai le droit d'avoir une vie privée. " Déjà la grande classe. Fier de sa réputation, Javier Saviola rejoint alors l'Europe et le FC Barcelone à 19 ans pour 18 millions d'euros. En dépit de quelques soucis de finition, "El Conejo" s’impose rapidement et sera régulièrement utilisé par les différents entraîneurs. Malheureusement, son passage correspond à une période de marasme sportif de l’équipe barcelonaise qui peine à jouer les premiers rôles. Frank Rijkaard décide de recruter des attaquants plus efficaces, ce qui bouche l’horizon de Saviola. D'autant plus qu'il assiste à l’arrivée en pro d’un nouveau prodige argentin: Lionel Messi. Indésirable, il est envoyé en prêt à l’AS Monaco en 2004 puis au Séville FC en 2005. Ni excellent, ni mauvais, l’argentin passe deux saisons en demie teinte. De retour en Catalogne en 2006, il est confiné au banc de touche. Rijkaard ne le veut plus et le fait savoir à la presse avec une phrase qui restera choc: "Saviola est mon septième choix en attaque, derrière Eto’o, Ronaldinho, Messi, Giuly, Guðjohnsen et Ezquerro. " Un brin revanchard, il quitte le navire et rejoint alors le grand rival de toujours: le Real Madrid. Son passage dans la capitale espagnole ne sera pas plus fructueux. Incapable de s’imposer face à la concurrence de Raul et Van Nistelrooy, il ronge son frein sur le banc pendant deux saisons. Finalement il quitte le club merengue et rebondit au Benfica Lisbonne en 2009. S’il y retrouve ses sensations la première saison (19 buts en 44 rencontres), son efficacité et son temps de jeu déclinent lors des exercices suivants. Il rejoint alors Malaga durant l’été 2012. La saison ne sera pas une franche réussite sans être mauvaise (9 buts en 37 matchs). Dès la fin de la saison, il file à l’Olympiakos. Encore un flop. On le retrouvera ensuite à l’Hellas Vérone pour la saison 2014-2015 avant un retour dans son club formateur de River Plate où il achèvera sa carrière en 2015 à l'âge de 34 ans. Javier Saviola aura joué près de 600 matchs pour 230 buts en dix-huit années de carrière. Si son talent était immense, il restera comme l'un des plus grands gâchis du football mondial des années 2000.
 
PALMARÈS
Finaliste de la Copa America en 2004 (Argentine)
Finaliste de la Coupe des Confédérations en 2005 (Argentine)
Médaille aux Jeux Olympiques d'Athènes en 2004 (Argentine)
Vainqueur de la Coupe du Monde des moins de 20 ans en 2001 (Argentine)
Vainqueur de la Copa Libertadores en 2015 (finale non-jouée) (River Plate)
Finaliste de la Coupe du Monde des clubs en 2015 (finale non-jouée) (River Plate)
Vainqueur de la Coupe UEFA en 2006 (Séville FC)
Champion d'Espagne en 2008 (Real Madrid)
Vice-champion d'Espagne en 2004, 2007 (FC Barcelone) et 2009 (Real Madrid)
Champion d'Argentine en 1999 (Ap.) et 2000 (Clau.) (River Plate)
Vice-champion d'Argentine en 1999 (Clau.), 2000 (Ap.) et 2001 (Clau.) (Boca Juniors)
Champion du Portugal en 2010 (Benfica Lisbonne)
Vice-champion du Portugal en 2011 et 2012 (Benfica Lisbonne)
Champion de Grèce en 2014 et 2015 (Olympiakos)
Vainqueur de la Supercoupe d'Espagne et 2008 (finale non-jouée) (Real Madrid)
Finaliste de la Supercoupe d'Espagne en 2007 (Real Madrid)
Finaliste de la Supercoupe du Portugal en 2010 (Benfica Lisbonne)
Vainqueur de la Coupe de la ligue portugaise en 2010, 2011 et 2012 (Benfica Lisbonne)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Élu Meilleur joueur Sud-Américain de l'année en 1999
Vainqueur du Trophée EFE en 2002
Meilleur buteur du championnat d'Argentine en 1999 (Ap.) (15 buts) (River Plate)
Nommé dans l'équipe type sud-américaine de l'année en 1999
Nommé au Fifa 100
 
SOURCES/RESSOURCES
- 1ère photo: ©442
- 2ème photo: ©Bagu Blanco/Getty images


06/09/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1141 autres membres