FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Brésil


Antonio Wilson "Coutinho"

Antonio Wilson Coutinho.jpg
Antonio Wilson "Coutinho"

 

Antonio Wilson Vieira Honorio

Né le 11 juin 1943 à Piracicaba (BRE)

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Brésilien, attaquant

Surnom: Pé de Vidro

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png 15 sélections, 6 buts

 

1958/68 Santos FC (BRE) 457 matchs, 370 buts

1968 EC Vitoria (BRE)

1969 Portuguesa (BRE)

1970 Santos FC (BRE)

1971 CF Atlas (MEX)

1971/72 Bangu AC (BRE)

1973 Saad EC (BRE)

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1962 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Roca en 1963 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Oswaldo Cruz en 1961 et 1962 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Bernardo O’Higgins en 1961 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Libertadores en 1962 et 1963 (Santos FC)

Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1962 et 1963 (Santos FC)

Vainqueur de la Taça Brasil en 1961, 1962, 1963, 1964 et 1965 (Santos FC)

Vainqueur du Championnat de São Paulo en 1960, 1961, 1962, 1963, 1964, 1965 et 1967 (Santos FC)

Vainqueur du Tournoi Rio-São Paulo en 1959, 1963, 1964 et 1966 (Santos FC)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Meilleur buteur de la Copa Libertadores en 1962 (6 buts) (Santos FC)

Meilleur buteur de la Taça Brasil en 1962 (7 buts) (Santos FC)

Meilleur buteur du Tournoi Rio-São Paulo en 1961 (9 buts) et 1964 (11 buts) (Santos FC)


10/01/2017
0 Poster un commentaire

Quarentinha

Quarentinha.jpg
Quarentinha

 

Waldir Cardoso Lebrêgo

Né le 15 septembre 1933 à Belem (BRE)

Décédé le 11 février 1996 à Rio de Janeiro (BRE)

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Brésilien, ailier gauche

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png 13 sélections, 14 buts

 

1950/53 Paysandu (BRE)

1953/54 Vitoria (BRE)

1954/56 Botafogo (BRE)

1956 Bonsucesso (BRE)

1956/65 Botafogo (BRE) 417 matchs, 313 buts

1965 America de Cali (COL)

1966 Union Magdalena (COL) 39 matchs, 26 buts

1967 Deportivo Cali (COL) 39 matchs, 11 buts

1968 Junior Baranquilla (COL) 29 matchs, 7 buts

 

PALMARÈS


Vainqueur du championnat de Rio en 1957, 1961 et 1962 (Botafogo)

Vainqueur du championnat de Bahia en 1953 (Vitoria)

Vainqueur du tournoi Rio-São Paulo en 1962 et 1964 (Botafogo)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Meilleur buteur du championnat de Rio en 1958 (20 buts), 1959 (25 buts) et 1960 (25 buts)


28/12/2016
0 Poster un commentaire

Jose Macia "Pepe"

Jose Macia Pepe.jpg
José Macia "Pepe"

 

José Macia "Pepe"

Né le 25 février 1935 à Santos (BRE)

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Brésilien, Ailier gauche, 1m75

Surnom: Canhão da Vila

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png 41 sélections, 22 buts

 

1954/69 Santos FC (BRE) 750 matchs, 405 buts

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du Monde en 1958 et 1962 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Roca en 1957 et 1963 (Brésil)

Vainqueur de la Coupe de l'Atlantique en 1956 et 1960 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Bernardo O'Higgins en 1961 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Oswaldo Cruz en 1961 et 1962 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Libertadores en 1962 et 1963 (Santos FC)

Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1962 et 1963 (Santos FC)

Vainqueur de la Supercoupe des champions intercontinentaux en 1968 (Santos FC)

Vainqueur de la Taça Brasil en 1961, 1962, 1963, 1964 et 1965 (Santos FC)

Champion de l'État de São Paulo en 1955, 1956, 1958, 1960, 1961, 1962, 1964, 1965, 1967 et 1968 (Santos FC)

Vainqueur du Tournoi Rio-São Paulo en 1963, 1964 et 1966 (Santos FC)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


À reçu le Prix Belfort Duarte en 1966

Meilleur buteur du Tournoi Rio-São Paulo en 1961 (9 buts) (Santos FC)


23/12/2016
0 Poster un commentaire

Roberto Dinamite

Roberto Dinamite.jpg
Roberto Dinamite

 

Carlos Roberto de Oliveira

Né le 13 avril 1954 à Duque de Caxias (BRE)

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Brésilien, attaquant, 1m86

Surnom: Dinamite

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png 47 sélections, 26 buts

 

1971/79 Vasco de Gama (BRE) 161 matchs, 92 buts

1979/80 FC Barcelone (ESP) 8 matchs, 2 buts

1980/89 Vasco de Gama (BRE) 134 matchs, 89 buts

1989/90 AD Portuguesa (BRE) 16 matchs, 9 buts

1990 Vasco de Gama (BRE) 4 matchs

1991 Campo Grande (BRE) 14 matchs

1992/93 Vasco de Gama (BRE) 2 matchs

 

Surnommé ainsi en 1971 par un journaliste d'un quotidien sportif local, le "Jornal dos Sports", parce qu'il passait les défenses adverses à la TNT, Roberto Dinamite est, avec Careca, le meilleur attaquant que le Brésil a connu sur les décennies 70 et 80. http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_5995564_201608155211376.jpgCarlos Roberto de Oliveira est né le 13 avril 1954 à Duque de Caxias au Brésil. Il débute à tout juste 17 ans sous les couleurs du Vasco de Gama. Son club de toujours avec lequel il joue plus de 1.000 matches et inscrit la bagatelle de 708 buts. Meilleur buteur de l'histoire du club. Avec la Seleçao, il inscrit 26 buts en 47 sélections. Une réputation de flingueur qu'il traîne en Argentine pendant la coupe du Monde 78 (Auteur de 3 buts). La suivante, il la passe sur le banc. L'Espagne n'est pas son Far-West. Pourtant tout commence bien lorsqu'il marque ses deux premiers buts avec le FC Barcelone pour sa première apparition. Son entraîneur qui l'avait engagé, Joaquin Rife, est remplacé trois jours plus tard par Helenio Herrera qui ne goûte guère aux feux d'artifices sur le pré. Rigueur et discipline. Dommage pour le buteur brésilien qui rentre au bercail. Un dernier passage à l'Associação Portuguesa et à Campo Grande avant de mettre fin à sa carrière dans son club de toujours à l'âge de 39 ans après un dernier match au Maracanã le 24 mars 1993. Il affronte pour son jubilé le club espagnol du Deportivo La Corogne en match amical (victoire 2 à 0) avec en guest-star à ses côtés Zico. Il aura tout de même quelques honneurs au palmarès (notamment un titre de champion du Brésil en 1974 et plusieurs championnats de Rio). Il se lance alors dans une carrière politique sous les couleurs du PSDB puis du PMDB, devenant conseiller municipal de Rio en 1992 puis député de l'État de Rio en 1994. Il est élu aussi président du Vasco de Gama en 2008.

 

PALMARÈS


3ème de la Coupe du Monde en 1978 (Brésil)

Finaliste de la Copa America en 1983 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Rio Branco en 1976 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Roca en 1976 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Oswaldo Cruz en 1976 (Brésil)

Vainqueur de la Copa del Atlántico en 1976 (Brésil)

Champion du Brésil en 1974 (Vasco de Gama)

Vice-champion du Brésil en 1979 et 1984 (Vasco de Gama)

Champion de l'État de Rio en 1977, 1982, 1987, 1988 et 1992 (Vasco de Gama)

Vainqueur de la Coupe Guanabara en 1976, 1977, 1986, 1987, 1990 et 1992 (Vasco de Gama)

Vainqueur de la Coupe de Rio en 1975, 1977, 1980, 1981, 1984, 1988 et 1992 (Vasco de Gama)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Élu meilleur joueur de l’année du championnat du Brésil en 1974

Révélation de l’année du championnat du Brésil en 1971

Bola de Prata en 1979, 1981 et 1984

Meilleur buteur de la Copa America en 1983 (3 buts)

Meilleur buteur de la Copa Oswaldo Cruz en 1976 (2 buts)

Meilleur buteur du championnat du Brésil en 1974 (16 buts) et 1984 (16 buts) (Vasco de Gama)

Meilleur buteur du championnat de l'État de Rio en 1978 (19 buts), 1981 (31 buts) et 1985 (12 buts) (Vasco de Gama)

Élu "Idole de Rio" par le quotidien brésilien "Jornal Dos Sport" en 1985

 

VIDÉO




15/08/2016
0 Poster un commentaire

Mario Jardel

Mario Jardel-.jpg
Mario Jardel

 

Mario Jardel de Almeida Ribeiro

Né le 18 septembre 1973 à Fortaleza (BRE)

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Brésilien, attaquant, 1m88

Surnoms: Super Mario, Jardelão

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png 10 sélections, 1 but

 

1991/94 Vasco de Gama (BRE) 50 matchs, 26 buts

1995/96 Gremio (BRE) 73 matchs, 67 buts

1996/2000 FC Porto (POR) 125 matchs, 130 buts

2000/01 Galatasaray (TUR) 24 matchs, 22 buts

2001/03 Sporting CP (POR) 49 matchs, 53 buts

2003/04 Bolton Wanderers (ANG) 7 matchs

2004 Ancône (ITA) (Prêt) 3 matchs

2004/05 Newell's Old Boys (ARG) 3 matchs

2005 Alavès (ESP) 1 matchs

2006 Goias EC (BRE) 4 matchs, 1 but

2006/07 Beira Mar (POR) 12 matchs, 3 buts

2007 Anorthosis Famagouste (CHY) 7 matchs, 2 buts

2007/08 Newcastle Jets (AUS) 11 matchs

2008 Criciuma (BRE) 17 matchs, 6 buts

2009 Ferroviario (BRE) 6 matchs, 5 buts

2009 America de Fortaleza (BRE) 11 matchs, 8 buts

2010 EC Flamengo (BRE) 16 matchs, 12 buts

2010 Cherno More (BUL) 8 matchs, 1 but

2010/11 Rio Negro (BRE) 13 matchs, 4 buts

2011 Al-Taawon (ARS) 17 matchs, 18 buts

 

Mario Jardel, serial buteur brésilien à son sommet il y a une petite dizaine d'années, paiera sans doute toujours le fait de n'avoir évolué que dans des championnats européens dits mineurs (Portugal et Turquie) et de n'avoir jamais signé pour un des grands clubs italiens, français ou espagnols qui lui faisaient les yeux doux à l'époque. Du coup, les statistiques incroyables de ce joueur qui fut pendant une paire d'années un des goleadors les plus prolifiques et réguliers du Vieux Continent seront toujours dévaluées et considérées avec un certain mépris par les spécialistes du ballon rond. Le Brésilien était, de par son gabarit et son exceptionnelle détente, un des meilleurs joueurs de tête de l'époque ainsi qu' un monstre d'efficacité et de présence physique dans la zone de vérité. En un mot, le protoype du "renard des surfaces". Mario Jardel.jpgLe périple de Jardel débute en 1991, où il dispute son premier match professionnel pour le Vasco de Gama en D1 Brésilienne. Quatre ans plus tard, après avoir inscrit une vingtaine de buts pour le club de Regatas, il signe à Grêmio. Une saison, 13 matches, 10 buts. Suffisant pour faire le grand saut en Europe. "Super Mario" pose ses valises à Porto pour quatre ans, et va devenir l'homme à abattre en Liga Portugaise comme en Coupe d'Europe. Il finit tout simplement meilleur buteur du championnat avec Porto dès sa première saison (31 buts), titre qu'il conservera les trois années suivantes (26, 36, puis 38 buts). Jardel exploitait les services millimétrés du Yougoslave Drulovic. En quatre saisons avec les Dragons, il marque plus de buts qu'il ne dispute de rencontres de championnat (130 buts en 125 matches). En 1999-2000, il frise les quarante réalisations et inscrit 10 buts en 13 matchs de C1, contribuant au bon parcours du FC Porto, éliminé en quarts de finale par le Bayern Munich, et terminant meilleur buteur de la compétition à égalité avec Raul, Serguei Rebrov et Rivaldo. En quatre campagnes européennes, Jardel plante 19 pions en 32 apparitions, ce qui met une sérieuse claque à l'argument selon lequel son rendement exceptionnel serait essentiellement dû à la faiblesse des défenses portugaises. Ses performances incroyables lui ouvrent les portes de la sélection. Tout roule pour "Super Mario". Lorsqu'il quitte Porto pour Galatasaray à l'été 2000, il a gagné ses galons de légende locale aux côtés des Madjer et Futre. Le club turc, qui vient de remporter la Coupe UEFA aux dépens d'Arsenal, cherche à se faire une place au soleil parmi les cadors européens et pense avec raison faire un gros coup en recrutant Jardel. Mais le Brésilien, malgré une saison plus que correcte (22 buts en championnat, 6 en C1) peine à s'adapter. Il quitte la Turquie au bout d'un an et revient au Portugal sous les couleurs du Sporting, avec qui il fait littéralement exploser les compteurs en 2001-2002: 42 buts en 30 matches de championnat, 7 buts en coupe nationale et 6 en UEFA pour une saison à 55 buts. Sans surprise, il est élu meilleur joueur du Portugal et un nouveau soulier d'or à ranger dans la vitrine des trophées, mais cette année hyperbolique est aussi la dernière avant le début du déclin. Alors qu'il repart sur les mêmes bases que les saisons précèdentes, en plein milieu de championnat, il vit très mal son divorce. Trop affecté pour se consacrer totalement au terrain, Jardel ne dispute que 19 rencontres et marque 11 buts pour cette saison 2002-2003. A partir de l'été 2003 débute une nouvelle carrière, il enchaîne les clubs et les destinations exotiques. Et bien sur, il n'est plus que l'ombre de lui-même. Suite à ces problèmes psychiatriques et régulièrement blessé, Mario Jardel ira traîner ses kilos en trop à Bolton, Ancône , Famagouste, ou encore Newcastle Jets en Australie. Il poursuit sa carrière comme si de rien n'était et retourne au pays, pour faire ce qu'il sait faire de mieux, jouer au football, peu importe le niveau... Criciuma, Ferroviario, America et Flamengo s'enchaînent. Signe d’une situation d’échec total, il change 13 fois de club en 9 ans. En 2011, à l'âge de 38 ans, il décide de mettre un terme à sa carrière de footballeur. Même si sa fin de carrière en roue libre gâche un brin le tableau, Jardel, sélectionné à dix reprises avec la Seleçao, restera tout de même dans les mémoires comme un redoutable empileur de buts, à l'image de sa saison 2001-2002, chef d'oeuvre d'efficacité. Le footballeur a failli rejoindre deux fois la Ligue 1. En 2001, l'OM souhaitait recruter le géant brésilien mais il a finalement décidé de signer au Sporting Portugal. Rarement un joueur n'ayant jamais évolué sous le maillot de l'OM n'aura suscité autant d'attention et aura autant alimenté les fantasmes à Marseille... Enfin, en 2005, Nancy a proposé un essai au joueur mais le coach Pablo Correa n'avait pas vraiment été convaincu par la condition physique déplorable de "Super Mario".

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe du monde des moins de 20 ans 1993 (Brésil)

Vainqueur de la Copa Libertadores 1995 (Gremio)

Vainqueur de la Supercoupe d'Europe 2000 (Galatasaray)

Finaliste de la Coupe Intercontinentale 1995 (Gremio)

Vainqueur de la Recopa Sudamericana 1996 (Gremio)

Champion du Portugal 1997, 1998, 1999 (FC Porto) et 2002 (Sporting CP)

Vice-champion du Portugal 2000 (FC Porto)

Champion du Brésil 1996 (Gremio)

Vice-champion de Turquie 2001 (Galatasaray)

Champion d'Australie 2008 (Newcastle Jets)

Vainqueur du Tournoi Apertura du championnat d'Argentine 2005 (Newell's Old Boys)

Vainqueur du championnat de Rio 1992, 1993 et 1994 (Vasco de Gama)

Vainqueur du championnat du Rio Grande do Sul 1995 et 1996 (Gremio)

Vainqueur du championnat de Goias 2006 (Goias EC)

Vainqueur de la Coupe du Portugal 1998, 2000 (FC Porto) et 2002 (Sporting CP)

Vainqueur de la Coupe de Chypre 2007 (Anorthosis Famagouste)

Vainqueur de la Supercoupe du Portugal 1996, 1998, 1999 (FC Porto) et 2002 (Sporting CP)

Finaliste de la Supercoupe du Portugal 1997 (FC Porto)

Finaliste de la Coupe Guanabara 1993 (Vasco de Gama)

Vainqueur de la Coupe junior de São Paulo 1992 (Vasco de Gama)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Meilleur buteur mondial de l'année de première division en 1999 (36 buts) et 2000 (38 buts) (FC Porto)

Soulier d’or européen 1999 (36 buts) et 2002 (42 buts)

Meilleur buteur de la Copa Libertadores 1995 (12 buts) (Gremio)

Meilleur buteur de la Ligue des champions 2000 (10 buts) (FC Porto)

Meilleur buteur du championnat du Portugal 1997 (30 buts), 1998 (26 buts), 1999 (36 buts), 2000 (38 buts) (FC Porto) et 2002 (42 buts) (Sporting CP)

Élu meilleur joueur du championnat du Portugal 1997, 1999 et 2002

Ballon d'or Portugais 1997 et 1998

 

VIDÉO




26/12/2015
0 Poster un commentaire

Careca

Careca-.jpg
Careca

 

Antônio de Oliveira Filho

Né le 5 octobre 1960 à Araraquara (BRE)

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png Brésilien, attaquant, 1m83

Surnom: Le petit Jaïr

http://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4827223_201505174016510.png 60 sélections, 29 buts

 

1976/82 Guarani (BRE) 77 matchs, 46 buts

1983/87 São Paulo (BRE) 67 matchs, 54 buts

1987/93 SSC Naples (ITA) 164 matchs, 73 buts

1993/96 Kashima Reysol (JAP) 60 matchs, 31 buts

1997 Santos FC (BRE) 9 matchs, 2 buts

1998 Campinas (BRE)

1999 São José-PA (BRE)

2005 Garforth Town (ANG) 1 match

 

Antônio de Oliveira Filho dit Careca était un attaquant du Brésil des années 80-90. Comme ceux de sa génération, il est maudit en Coupe du monde. Natif d’Araraquara, Brésil, Careca avait un flair pour le but hors du commun: ses 242 buts toutes compétitions confondues sont la preuve qu’il n’était pas tout à fait un attaquant comme les autres. Il débute à 18 ans dans son club formateur le Guarani FC. Il remporte à la surprise générale le championnat en 1978 coiffant toutes les grosses écuries sur le fil. Careca.jpgAu bout de six saisons au plus niveau et des débuts fracassants avec la Seleçao, il rejoint le grand Sao Paulo FC. Avec les "Soberano", son rendement s'est encore amélioré avec 54 buts en 67 matches. Il remporte le titres de champion de l'état de Sao Paulo en 1985 puis le championnat du Brésil en 1986 avec le brassard de capitaine. Avant-centre rapide et technique, le monde entier le découvre pendant la coupe du monde 1986. Absent sur blessure du Mondial espagnol en 1982, il se rattrape alors au Mexique. Le 21 juin 1986, dans le stade surchauffé de Guadalajara, la Seleçao danse la samba face aux "Brésiliens" de France. Careca y va de son petit pas avec l'ouverture du score pendant une grosse période de domination de son équipe (17 ème minute). Il ne le sait pas mais c'est le dernier but de son pays dans la coupe du monde mexicaine. Les Bleus mettent fin au rêve de Careca en quarts de finale (1-1, 4 t.a.b à 3). Il termine 2ème meilleur buteur de la compétition avec 5 buts derrière l'anglais Gary Lineker. Il remporte dans la foulée le ballon d'or brésilien. Même un an après, les bons souvenirs sont tenaces. Le Mondial de Careca n'est pas passé inaperçu en Europe. Après une dernière saison à Sao Paulo, il traverse l'Atlantique et file à Naples rejoindre Diego Maradona. Grâce à son entente avec le "Pibe de Oro", il atteint le sommet de sa carrière et inscrit 73 buts en 164 rencontres officielles. Il gagne la coupe de l’UEFA en 1989, premier trophée international du club, mais surtout le deuxième scudetto de l’histoire du Napoli en 1990 en coiffant le monstrueux Milan d’Arrigo Sacchi et des trois hollandais (Gullit, Rijkaard, Van Basten). Avec ses 10 buts et 8 passes décisives en à peine 22 matchs, il joue un rôle décisif dans la conquête du deuxième sacre napolitain. Accueilli avec scepticisme, les tifosi tombent finalement follement amoureux de lui lorsqu’il marque le troisième but contrele VFB Stuggart en finale de Coupe de l’UEFA (victoire 3 à 1). Après Diego, Careca devient sans aucun doute le joueur le plus adulé par les supporters qui lui dédient même un chant personnel qui exalte sa capacité de frappe "Ue’ Care’ Care’ Care’, tira la bomba, tira la bomba" ("Vas y Careca, balance ton missile"). Finaliste déjà de la Copa America avec le Brésil en 1983, Careca est ultra-motivé par la Coupe du monde en Italie. Mais son ami Maradona lui joue un vilain tour en l'éliminant dès les huitièmes de finale sur un but de Claudio Caniggia. Le coup est rude d'autant qu'un certain Romario pousse à la porte de la sélection brésilienne. En club, après six saisons à Naples où il aura planté 73 buts, Careca tente l'aventure japonaise au Kashiwa Reysol. Un contrat juteux avant le retour au pays pour une dernière pige au FC Santos à 38 ans et quelques apparitions dans des clubs de seconde zone.

 

PALMARÈS 


Finaliste de la Copa America 1983 (Brésil)

Vainqueur de la Coupe UEFA 1989 (SSC Naples)

Champion du Brésil 1978 (Guarani) et 1986 (São Paulo)

Champion d’Italie 1990 (SSC Naples)

Champion du Brésil de D2 1982 (Guarani)

Vainqueur de la Supercoupe d'Italie 1990 (SSC Naples)

Vainqueur du Championnat de São Paulo 1985 et 1987 (São Paulo)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Bola de Ouro en 1986

Bola de Prata en 1982 et 1985

2ème meilleur buteur de la Coupe du Monde 1986 (5 buts)

Élu meilleur joueur du championnat du Brésil en 1978 et 1986

Révélation du championnat du Brésil en 1978

Meilleur buteur du championnat du Brésil en 1986 (25 buts) (São Paulo)

Meilleur buteur du championnat de São Paulo en 1985 (23 buts) (São Paulo)

 

VIDÉO




31/10/2015
1 Poster un commentaire


Recherche

Vous recherchez ? :