FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

FOOTBALL-THE-STORY, les légendes du foot

Algérie


Djamel Belmadi

Djamel Belmadi.jpg
Djamel Belmadi

 

جمال بلماضي

 

Né le 25 mars 1976 à Champigny-sur-Marne (FRA)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4946155_201506280357969.png Algérien/ https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4844082_201505223457315.png Français, Milieu offensif/droit, 1m74

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4946155_201506280357969.png 20 sélections, 5 buts

(Matchs amicaux: 5 sélections, 2 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 7 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe d'Afrique des Nations: 4 sélections, 2 buts)

(Coupe d'Afrique des Nations: 4 sélections)

 

1ère sélection : le 9 juillet 2000 contre le Maroc (1-2)

Dernière sélection : le 20 juin 2004 contre le Zimbabwe (1-1)

 

1995/96 Paris SG (FRA) 1 match
1996/97 FC Martigues (FRA)  34 matchs, 8 buts
(Championnat de France de D2: 31 matchs, 8 buts)
(Coupe de France: 2 matchs)
(Coupe de la ligue: 1 match)
199/98 Olympique de Marseille B (FRA) 8 matchs
1998/99 AS Cannes (FRA) (Prêt) 26 matchs, 6 buts
1999/2003 Olympique de Marseille (FRA) 57 matchs, 11 buts
(Championnat de France: 48 matchs, 9 buts)
(Coupe de France: 3 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue: 3 matchs, 1 but)
(Ligue des Champions: 3 matchs)
1999/2000 Celta Vigo (ESP) (Prêt) 10 matchs
2003 Manchester City (ANG) (Prêt) 8 matchs
2003/04 Al-Ittihad (QAT) 23 matchs, 8 buts
2004/05 Al-Kharitiyath (QAT) 11 matchs, 4 buts
2005/07 Southampton (ANG) 38 matchs, 4 buts
(Championnat d'Angleterre de D2: 36 matchs, 3 buts)
(Coupe d'Angleterre: 1 match)
(Coupe de la ligue anglaise: 1 match, 1 but)
2007/09 Valenciennes (FRA) 40 matchs, 2 buts
(Championnat de France de D2: 37 matchs, 2 buts)
(Coupe de la ligue: 3 matchs)

 

Personnalité bouillante, exigeante et réfléchie, Djamel Belmadi a connu une carrière de joueur mouvementée mais bien remplie. Du PSG à Manchester City en passant par l'OM, l'ancien numéro 10 des Verts a marqué les esprits aussi bien par sa technique raffinée que par son caractère bien trempé. Droitier, doté d'un bon sens du dribble, il a plus souvent joué sur les ailes même si en équipe d'Algérie il préférait évoluer en meneur de jeu. Formé dans la capitale française au côté de Nicolas Anelka, le natif de Champigny en banlieue parisienne n'aura guère l'occasion d'y briller. Seulement une rencontre disputé, face au FC Gueugnon le 10 janvier 1996 au Parc des princes. À l'époque, il y avait du lourd dans l'entrejeu (Ginola, Rai, Valdo...). Mais c'est surtout parce qu'on le juge un peu trop prosélyte que le club le laisse partir au FC Martigues. C'est dans le sud de la France que sa carrière débute véritablement. En deuxième division, il devient décisif et marque 8 buts. Il n'y restera pas longtemps. Remarqué par l'Olympique de Marseille qui le recrute aussitôt, il rejoint le club avec la ferme attention de réussir. Djamel Belmadi.jpgMais comme à Paris, Djamel ne joue pratiquement pas les premières saisons et sera prêté encore en deuxième division à l'AS Cannes. Venu chercher du temps de jeu et accumuler un peu d'expérience, il jouera une vingtaine de matchs et inscrira six buts avec le maillot Rouge et Blanc, avant de prendre la direction de l'Espagne et du Celta Vigo pour un nouveau prêt. Ce n'est finalement qu'à l'âge de 24 ans qu'il va éclore au plus haut niveau et s'imposer chez les Phocéens. Un talent qui, après des années de tergiversations, explose enfin au plus haut niveau. Grâce à son tempérament de gagneur, Belmadi un brin revanchard devient l'âme de l'OM. Il réalise une superbe saison 2000-2001 et participe activement au maintien du club avec 9 pions inscrits en une quarantaine de matchs. Et oui, vous l'avez bien compris, le début du 21ème siècle est un calvaire pour l'OM. Un nombre fou de joueurs improbables sont passés par Marseille (Cavens, Pouget, Cyprien, Marcelinho Paraiba...). Dans ce marasme collectif, le seul à tirer son épingle du jeu n’est autre que le franco-algérien. Les deux saisons qui suivent seront plus compliquées même si il connait une première expérience en Premier League avec Manchester City sous les ordres de Kevin Keegan aux côtés de Peter Schmeichel ou encore Ali Benarbia. Durant quatre ans aussi, il porte les couleurs de la sélection algérienne même si il fréquente deux périodes bien distinctes. D'abord en 2001 sous les ordres d'Abdel Djadaoui avant d'être snobé par Rabah Madjer puis un retour en grâce en 2004 sous les ordres de Rabah Saadane avec qui il jouera la CAN. En 2001 justement, il marque le seul but de l’Algérie sur un coup-franc incroyable face à la France championne du Monde et d'Europe en titre et inscrit son premier doublé à Annaba face au Tchad. Cette même année, Djamel Belmadi est élu joueur algérien de l’année. Mérité. Seul ombre au tableau, deux mauvais gestes d'humeur avec l'équipe d'Algérie et Marseille sont restés mémorables. Déjà au Caire avec l'équipe nationale, le 11 mars, où ils se font sévèrement corriger 5 buts à 2. Remplacé à la 81ème minute alors que l'équipe perd 3 buts à 2, il jette son maillot, non content d'être remplacé. Une semaine plus tard, Marseille lutte pour le maintien et concède le 0-0 au Stade Vélodrome contre Strasbourg. Énervé par les insultes, il jette ses chaussures sur le public. À 27 ans seulement, il prend l'air et s'envole pour le Qatar durant deux saisons avant d'en revenir assagit. Il pose ses valises deux années en Premiership avec Southampton avant de raccrocher les crampons en Ligue 1 à Valenciennes en 2009. Il débute aussitôt une carrière d'entraîneur au Qatar avec beaucoup de succès. En effet, il remporte quatre titres de champion et trois Coupes avec le club de Lekhwiya. Durant un et demi, il prend aussi des fonctions au sein de la fédération Qatari en dirigeant d'abord la sélection B. Après une victoire en Coupe d'Asie de l'Ouest en janvier 2014, il est nommé à la tête de la sélection A du Qatar et remporte la Coupe du Golfe la même année face à l'Arabie Saoudite à Riyad. En 2015, la participation ratée à la Coupe d'Asie des Nations en Australie avec trois défaite en trois matchs aura raison de sa bonne image. Il reprend les reines de l'équipe d'Algérie après la débâcle subie lors de la CAN 2017 et son absence lors de la Coupe du Monde 2018. Tel un Phénix, les Fennecs renaissent de leur cendre. Djamel Belmadi a su insuffler un esprit d’équipe redoutable à ses hommes dans la discrétion, le sérieux et la détermination. Élu meilleur entraîneur masculin de l’année en 2019, il a mené la bande à Riyad Mahrez jusqu’en finale de la CAN 2019. Une compétition remportée sur le sol égyptien après un succès 1 but à 0 face au Sénégal en finale en ne perdant pas le moindre match. Un trophée soulevé avec talent et caractère. Un trophée à la sauce Belmadi.

 

PALMARÈS


Vice-champion de France en 1996 (Paris SG)

Vainqueur du Trophée des champions en 1995 (finale non-jouée) (Paris SG)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Ballon d'or Algérien en 2001

DZ Foot d'or en 2000 et 2001

 

SOURCES/RESSOURCES


- 1ère Photo: ©Maxppp

- 2ème photo: ©La Gazzette du Fennec

 

VIDÉO




02/04/2021
0 Poster un commentaire

Moussa Saïb

Moussa Saib.jpg
Moussa Saïb

 

موسى صايب

Né le 6 mars 1969 à Theniet El Had (ALG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4946155_201506280357969.png Algérien, Meneur de jeu, 1m78

Surnom: Mouss'

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4946155_201506280357969.png 65 sélections, 6 buts

(Matchs amicaux: 20 sélections, 1 but)

(Qualif Coupe du monde: 9 sélections)

(Qualif Coupe d'Afrique des Nations: 17 sélections, 3 buts)

(Coupe d'Afrique des Nations: 17 sélections, 2 buts)

(Coupe Afro-asiatique: 2 sélections)

 

1ère sélection : le 6 janvier 1989 contre le Zimbabwe (3-0)

Dernière sélection : le 21 avril 2001 contre le Sénégal (0-3)

 

1988/89 JSM Tiaret (ALG)
1989/92 JS Kabylie (ALG)
1992/97 AJ Auxerre (FRA) 172 matchs, 27 buts
(Championnat de France: 134 matchs, 22 buts)
(Coupe de France: 17 matchs, 3 buts)
(Coupe de la ligue: 1 match)
(Ligue des Champions: 8 matchs)
(Coupe des Coupes: 5 matchs, 1 but)
(Coupe de l'UEFA: 7 matchs, 1 but)
1997/98 Valence CF (ESP) 16 matchs
(Championnat d'Espagne: 14 matchs)
(Coupe d'Espagne: 2 matchs)
1998/99 Tottenham Hotspur (ANG) 13 matchs, 1 but
1999/2000 Al-Nassr (ARS) 13 matchs, 1 but
2000/01 AJ Auxerre (FRA) 20 matchs
(Championnat de France: 17 matchs)
(Coupe de France: 3 matchs)
2001 AS Monaco (FRA) 7 matchs, 1 but
2002 FC Lorient (FRA) (Prêt) 10 matchs, 1 but
(Championnat de France: 8 matchs, 1 but)
(Coupe de France: 1 match)
(Coupe de la ligue: 1 match)
2002/03 Al-Wasl Dubai (EAU) 8 matchs, 1 but
2003/04 JS Kabylie (ALG) 42 matchs, 10 buts
2005/06 Noisy-Le-Sec (FRA) 10 matchs

 

Sans doute un des plus grands joueurs algérien, Moussa Saïb était un super milieu relayeur. C’est avec Auxerre qu’il écrira les plus belles pages de sa carrière. La suite sera nettement moins flamboyante, entre flops en Angleterre et en Espagne et pige dans le Golfe. Natif de Theniet El-Had, le jeune Moussa s’initie aux joies du ballon rond dans son petit village avant de faire sa formation à la JSM Tiaret où il s’affirme comme un excellent meneur de jeu. Vif et très technique, il devient même un des meilleurs joueurs et rejoint la JS Kabylie, un des meilleurs clubs du pays. Avec les canaris locaux, Moussa va remporter tout ce qui peut. Lors de la saison 1989-90 il enlève donc le championnat, mais également la Ligue des champions africaine. Moussa Saib.jpgForcément, il intègre rapidement la sélection nationale et en 1990, il fait partie de l’équipe qui remporte la Coupe d'Afrique des Nations chez lui, à domicile. Guy Roux, qui suit le joueur depuis plusieurs années le fait venir en Bourgogne en 1992. Sa première saison est très compliquée et le fennec ne parvient pas à s’imposer face à la féroce concurrence. Le départ de Daniel Dutuel en 1993 facilitera son insertion dans l’équipe. Son association avec le petit meneur de jeu Corentin Martins fait merveille. Auxerre remporte la Coupe de France en 1994 mais c’est surtout deux ans plus tard que les auxerrois vont exister aux yeux de l’Europe. Une nouvelle arrivée s'ajoute au duo, Sabri Lamouchi à la récupération en provenance d'Alès. Non seulement Auxerre remporte le titre de champion mais également la Coupe de France, face à Nîmes. Un doublé historique. Le seul. La saison suivante, les Auxerrois atteignent les quarts de finale de la Ligue des champions et sont éliminés un peu injustement contre le Borrussia Dortmund, leur bête noire européenne. On se souvient des lamentations de Jean-Michel Larqué après l’affaire de la bicyclette de Lilian Laslandes. Paradoxalement, le maître à jouer ne fera pas grand-chose avec la sélection. Fâché avec le sélectionneur algérien, il snobera les fennecs pendant presque toute sa carrière. Alors au faîte de sa gloire, Moussa Saïb est sollicité par toute l’Europe. Si l'Arsenal d'Arsène Wenger lui fait signer un pré-contrat en 1997, il choisit finalement l’Espagne et rejoint le FC Valence. Mais roi en bourgogne ne veut pas dire roi du Monde. L'arrivée de Claudio Ranieri, qui ne compte pas forcément intégrer le milieu algérien dans ses plans de jeu, et la concurrence des Mendieta, Angulo et autres est trop forte. Après 16 rencontres, l'ancien auxerrois quitte l'Espagne à la toute fin du mercato et s'envole pour l'Angleterre, à Tottenham. Il devient le premier joueur algérien à jouer en Premier League. Pourtant, le football britannique n’est pas vraiment fait pour notre ami Moussa, tripoteur de ballon et esthète du rectangle vert. Il ne se fait pas du tout au kick’n rush, alors en vigueur, surtout dans le nord est de Londres. À son arrivée, il joue pas mal de matchs, mais perd vite sa place. Lors de la saison 1998-99, il ne dispute que quatre rencontres, mais glane tout de même la League Cup en fin de saison sans avoir disputé le moindre match. Après cette année, l’entraineur George Graham ne prend même plus soin de mettre Moussa sur le banc et laisse son algérien en tribune. Lassé de jouer les faire-valoir à l’entrainement, Moussa Saïb part pour l’Arabie Saoudite, histoire de se relancer. Il y fera seulement une année complète. En effet, il est appelé à la rescousse en janvier 2001 par l’AJA. Guy Roux a pris sa retraite (temporaire) et le club entrainé par Daniel Rolland est alors très mal en point. Attendu comme le messie, Moussa fera le strict minimum pour aider le club à se maintenir mais n’apportera pas grand-chose. Jouissant toujours d’une très bonne côte en France, L’AS Monaco à la recherche d’un joueur d’expérience et à faible coût pour enrichir numériquement l’effectif le récupère à l’été 2001. Très décevant, Moussa ne s’impose pas dans l’effectif et se contente de bouts de matchs. Au mercato, il est prêté à Lorient. Là encore, il participe au fabuleux parcours des Merlus dans les deux coupes nationales. Si le club breton perd en finale de la Coupe de la Ligue face à Bordeaux, il se rattrape en triomphant en Coupe de France face à Bastia, au terme d’un match marqué par les sifflets de la marseillaise et un niveau de jeu assez moyen. Ceci étant, Moussa ne joue aucune des deux rencontres, barré par Pascal Feindouno et Tchiressoua Guel, derrière la redoutable doublette Pascal Bedrossian - Jean-Claude Darcheville. Clairement en fin de parcours, il repart vers le golfe persique. Il fait une demi-saison à Dubai, avant de rentrer à la JS Kabylie pour gagner un dernier trophée, un titre de champion d’Algérie en 2004. Il met alors un terme à sa belle carrière… Depuis, il a pris du recul avec le football après un long passage sur le banc.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe d'Afrique des Nations en 1990 (Algérie)

Vainqueur de la Coupe Afro-asiatique des nations en 1991 (Algérie)

Vainqueur de la Coupe d'Afrique des clubs champions en 1990 (JS Kabylie)

Finaliste de la Coupe arabe des vainqueurs de coupe en 2000 (Al-Nassr)

Champion de France en 1996 (AJ Auxerre)

Champion d'Algérie en 1990 et 2004 (JS Kabylie)

Vainqueur de la Coupe de France en 1994, 1996 (AJ Auxerre) et 2002 (finale non-jouée) (FC Lorient)

Vainqueur de la Coupe d'Algérie en 1992 (JS Kabylie)

Finaliste de la Coupe d'Algérie en 1991 (JS Kabylie)

Vainqueur de la Coupe de la Ligue Anglaise en 1999 (finale non-jouée) (Tottenham Hotspur)

Finaliste de la Coupe de la Ligue en 2002 (finale non-jouée) (FC Lorient)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Ballon d'or algérien en 2004

DZFoot d'Or en 2003

 

SOURCES/RESSOURCES


- 1ère photo: ©France Football

- 2ème photo: ©Matthew Ashton/EMPICS Sport


06/03/2021
0 Poster un commentaire

Hacène Lalmas

Hacene Lalmas.jpg
Hacène Lalmas

 

Hacène Lalmas (حسان لالماس)

Né le 12 mars 1943 à Alger (ALG)

Décédé le 7 juillet 2018 à ALger (ALG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4946155_201506280357969.png Algérien, Milieu offensif, 1m73

Surnom: "El Kebch" ("Le belier")

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4946155_201506280357969.png 42 sélections, 14 buts

 

1ère sélection : le 6 janvier 1963 contre la Bulgarie espoirs (2-1)

Dernière sélection : le 31 octobre 1974 contre le Maroc (0-0)

 

1960/62 OM Ruisseau (ALG)
1962/73 CR Belcourt (ALG)
1973/75 NA Hussein Dey (ALG)
1975/76 IR Santé (ALG)
 
D'après un sondage réalisé par l’hebdomadaire sportif "Echibek", Hacène Lalmas est le meilleur joueur algérien de tous les temps. S'il est difficile d'être aussi affirmatif, on peut tout de même assurer que le meneur de jeu, qui n'a jamais quitté l'Algérie, était tout simplement un génie. Avec son intelligence de jeu, sa technique hors-pair et ses accélérations décisives, celui qui détient toujours le record de nombre de buts marqués dans le championnat algérien (plus de 150 buts) pouvait être à la fois à la construction comme meneur de jeu et à la finition comme buteur. Dans un impressionnant style qui lui était propre, l’ancien "maestro" des Rouge et Blanc et des Verts arrivait à faire le spectacle à lui seul. Hacene Lalmas.jpgOn le surnommait "El Kebch" ("Le bélier") pour sa calvitie précoce, mais aussi pour son exceptionnel jeu de tête. Lui qui a débuté sa carrière à l’OM Ruisseau juste après l’indépendance, avant d’opter en 1963 pour la formation voisine du Chabab de Belcourt (aujourd’hui CR Belouizdad), détient le record original de buts inscrits en un seul match officiel : 14 buts ! C’était un match de coupe d’Algérie contre la formation de Birtouta, qui avait encaissé ce jour-là 18 buts. Avec le CRB, il remporte quatre titres de champion et trois Coupes d’Algérie dans la seconde moitié des années soixante. Avec l'équipe nationale, il a été convoqué pour le premier match de l'Algérie indépendante, le 6 janvier 1963, contre les espoirs de la Bulgarie, alors qu’il n’avait pas encore dépassé 20 ans. Évoluant en amateur en Algérie, Lalmas trouve néanmoins sa place parmi les Fennecs, malgré la présence des stars de la glorieuse équipe du FLN (Mekhloufi, Bentifour, Zitouni...). Les anciens se souviendront de lui comme le footballeur qui a marqué un but au plus grand gardien de tous les temps, le Russe Lev Yachine, lors d'un match amical en 1964 contre l'URSS (2-2). La légende Lalmas était née, Hacène fera l’histoire du football algérien tant son influence sur le jeu, sa combativité, sa maîtrise du ballon, son extraordinaire clairvoyance, ses dribbles déroutants et son sens très aigu du but étaient développés chez ce joueurs comme on en fait peu. Appelé avec la sélection à 42 reprises pour 14 buts inscrits, il avait pris part aux Jeux Africains de 1965 et à la CAN 1968 en Ethiopie, dont il fut désigné meilleur joueur. Même si l'Algérie ne passe pas le premier tour de la compétition, le meneur de jeu parvient à inscrire un triplé lors de la rencontre contre l'Ouganda (4-0). Ce jour là, il tape dans l'oeil des dirigeants d'Anderlecht. Mais le transfert avorte en raison du véto des autorités algériennes. Il continuera donc de portait les couleurs du Chabab avant d'intégrer le NA Hussein-Dey avec sa pléiade de jeunes talents qui avaient pour nom Ali Fergani, Mohamed Khedis et Mahmoud Guendouz. Freiné quelque peu dans ses ambitions par la non-concrétisation de son transfert à l'étranger, il aura eu du mal à retrouver son meilleur niveau. Se sentant sur le déclin, "Le Bélier" décide de raccrocher les crampons à l'âge de 32 ans. Il a tenté par la suite une carrière d’entraîneur mais la réussite n’a pas été au rendez-vous. En proie à des problèmes cardiaques, il est décédé le 7 juillet 2018 à l'âge de 75 ans. Hacène Lalmas reste et restera toujours une légende vivante de l’histoire du football algérien.
 
PALMARÈS
Vainqueur de la Coupe du Maghreb des clubs champions en 1970, 1971 et 1972 (CR Belcourt)
Finaliste de la Coupe du Maghreb des clubs champions en 1973 (CR Belcourt)
Champion d'Algérie en 1965, 1966, 1969 et 1970 (CR Belcourt)
Vice-champion d'Algérie en 1972 (CR Belcourt)
Vainqueur de la Coupe d'Algérie en 1966, 1969 et 1970 (CR Belcourt)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Meilleur buteur du championnat d'Algérie en 1970 (18 buts) (CR Belcourt)
Élu meilleur joueur algérien de tous les temps par l'hebdomadaire sportif "Echibek" en 1993

01/08/2019
0 Poster un commentaire

Djamel Menad

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_8297709_201907270433562.jpg
Djamel Menad

 

Djamel Menad (جمال مناد)

Né le 22 juillet 1960 à El-Bayadh (ALG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4946155_201506280357969.png Algérien, Attaquant, 1m76

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4946155_201506280357969.png 79 sélections, 25 buts

(Matchs amicaux: 19 sélections, 6 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 13 sélections, 8 buts)

(Coupe du Monde: 2 sélections)

(Qualif Coupe d'Afrique des Nations: 16 sélections, 3 buts)

(Coupe d'Afrique des Nations: 17 sélections, 5 buts)

(Qualif Jeux Olympiques: 5 sélections, 2 buts)

(Jeux Olympiques: 3 sélections)

(Jeux Méditerranéens: 2 sélections)

(Qualif Jeux Africains: 1 sélection, 1 but)

(Coupe Afro-asiatique: 1 sélection)

 

1ère sélection : le 31 mai 1980 contre la Sierra Leone (2-2)

Dernière sélection : le 30 juillet 1995 contre la Tanzanie (2-1)

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4946155_201506280357969.png non-officiel: 1 sélection

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4946155_201506280357969.png U20: 4 sélections

 

1977/81 CR Belouizdad (ALG)
1981/87 JS Kabylie (ALG)
1987/90 Nîmes Olympique (FRA) 84 matchs, 29 buts
(Championnat de France: 78 matchs, 27 buts)
(Coupe de France: 6 matchs, 2 buts)
1990/92 Famalicão (POR) 58 matchs, 17 buts
1992/93 Belenenses (POR) 28 matchs, 3 buts
(Championnat du Portugal: 26 matchs, 3 buts)
(Coupe du Portugal: 2 matchs)
1994/96 JS Kabylie (ALG)
1996/97 USM Alger (ALG)

 

International algérien dans les années 80-90, Djamel Menad a glané un nombre incalculable de trophées. Le plus beau est certainement la CAN 1990 remporté 1 but à 0 face au Nigéria. La première victoire des Fennecs en Coupe d’Afrique, leur Coupe d’Afrique. Grâce à ses quatre buts et son statut de meilleur buteur de la compétition, Djamel Menad est l'un des principaux instigateurs du succès, onze ans après avoir gagné la compétition en junior. Une juste récompense pour l’attaquant qui aura disputé cinq de ces tournois dans la catégorie supérieure et qui, comme un signe, aura remplacé le légendaire Rabah Madjer lors de sa première sélection. Attaquant de classe de la JS Kabylie, il remporte de nombreux trophées continentaux avant de filer en France, à Nîmes, où il y a inscrit 27 buts en championnat. Brillant attaquant, il tente par la suite une aventure au Portugal avant de revenir chez les Lions du Djurdjura.

 

PALMARÈS


Vainqueur de la Coupe d'Afrique des Nations en 1990 (Algérie)

3ème de la Coupe d'Afrique des Nations en 1984 et 1988 (Algérie)

Vainqueur de la Coupe Afro-asiatique des nations en 1991 (Algérie)

Vainqueur de la Coupe d'Afrique des nations juniors en 1979 (Algérie)

Vainqueur de la Coupe d'Afrique des vainqueurs de Coupe en 1995 (JS Kabylie)

Finaliste de la Supercoupe de la CAF en 1996 (JS Kabylie)

Champion d’Algérie en 1982, 1983, 1985, 1986 et 1995 (JS Kabylie)

Vice-champion d’Algérie en 1981 (CR Belouizdad)

Vainqueur de la Coupe d'Algérie en 1978 (CR Belouizdad), 1986, 1994 (finale non-jouée) (JS Kabylie) et 1997 (USM Alger)

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


3ème meilleur joueur africain de l'année en 1985

Meilleur buteur de la Coupe d’Afrique des Nations en 1990 (4 buts)

Nommé dans l'équipe type de la Coupe d'Afrique des Nations en 1984 et 1990

 

SOURCES/RESSOURCES


- Photo: ©Bob Thomas


27/07/2019
0 Poster un commentaire

Abdelhafid Tasfaout

Abdelhafid Tasfaout.jpg
Abdelhafid Tasfaout

 

Abdelhafid Tasfaout

Né le 11 février 1969 à Oran (ALG)

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4946155_201506280357969.png Algérien, Attaquant, 1m71

 

https://static.blog4ever.com/2014/12/790899/artfichier_790899_4946155_201506280357969.png 79 sélections, 34 buts

(Matchs amicaux: 22 sélections, 6 buts)

(Qualif Coupe du Monde: 17 sélections, 7 buts)

(Qualif Coupe d'Afrique des Nations: 29 sélections, 19 buts)

(Coupe d'Afrique des Nations: 11 sélections, 2 buts)

 

1ère sélection : le 11 décembre 1990 contre l'Angleterre B (0-0)

Dernière sélection : le 28 janvier 2002 contre le Mali (0-2)

 

1985/86 SNCF Oran (ALG)
1986/90 ASM Oran (ALG)
1990/95 MC Oran (ALG) 145 matchs, 50 buts
1995/98 AJ Auxerre (FRA) 43 matchs, 5 buts
(Championnat de France: 35 matchs, 5 buts)
(Coupe de France: 1 match)
(Coupe de la ligue: 1 match)
(Ligue des Champions: 3 matchs)
(Coupe de l'UEFA: 3 matchs)
1997/98 Guingamp (FRA) (Prêt) 28 matchs, 7 buts
(Championnat de France: 25 matchs, 6 buts)
(Coupe de France: 3 matchs, 1 but)
1998/2002 Guingamp (FRA) 122 matchs, 21 buts
(Championnat de France: 53 matchs, 6 buts)
(Championnat de France de D2: 59 matchs, 11 buts)
(Coupe de France: 5 matchs, 1 but)
(Coupe de la ligue: 5 matchs, 3 buts)
2002/03 Al-Rayyan (QAT) 13 matchs, 6 buts
 
Avec 34 buts inscrits en sélection, Abdelhafid Tasfaout est tout simplement le meilleur buteur de l'histoire de l'Algérie. Capitaine des Fennecs pendant cinq années consécutives, ce renard des surfaces semble particulièrement dévoué à l'Algérie. Pourtant, il a failli voir sa carrière freinée par un père qui exigeait de ses enfants qu'ils réussissent d'abord leurs études. Bachelier et futur ingénieur, il signe à 18 ans une licence au MC Oran sans l'autorisation de son club formateur. Il est contraint à un repos forcé de quatre mois. Un arrangement conclu in extremis entre les deux clubs lui permet de rechausser les crampons. Ses prouesses techniques arrivent aux oreilles de l'entraîneur d'Auxerre, Guy Roux, par l'intermédiaire de Moussa Saïb, qui évolue à son côté avec l'équipe nationale algérienne. Son départ du Mouloudia provoque une crise, et le président du club échappe de peu à un lynchage. En France, Abdelhafid participe modestement au doublé coupe-championnat du club bourguignon en 1996, où il partage le flanc gauche avec l'international français Bernard Diomède. Une blessure au genou et la sévère concurrence au sein de l'équipe le contraint à changer d'air. En 1998, il est transféré à Guingamp, qui vient de connaître les affres de la relégation. Malgré sa petite taille, son jeu de tête et sa technique tout en mouvement font merveille. Durant cinq ans, il s'installe avec davantage de réussite et participe activement à la remontée du club breton en D1 en 2000. Et pourtant, malgré cette carrière relativement anonyme, il n’a pu exprimer son talent lors de phases finales de Coupes du Monde puisque l’Algérie ne s’est jamais qualifiée lorsqu’il jouait aux côtés d'Ali Benarbia et Rafik Saifi.
 
PALMARÈS
Champion de France en 1996 (AJ Auxerre)
Champion d'Algérie en 1992 et 1993 (MC Oran)
Vice-champion d'Algérie en 1995 (MC Oran)
Vainqueur de la Coupe de France en 1996 (finale non-jouée) (AJ Auxerre)
Vice-champion de France de D2 en 2000 (Guingamp)
 
DISTINCTIONS PERSONNELLES
Meilleur buteur du championnat d’Algérie en 1992 (17 buts) et 1993 (15 buts) (MC Oran)
 
SOURCES/RESSOURCES
- Photo: ©Imago

27/07/2019
0 Poster un commentaire